« Chercher le garçon » de Jérémy Lorca (le cherche midi) – Préparez-vous à aimer!

Vous aimez les romances ? Vous aimez plonger dans la vie de jeunes gens dynamiques, qui cultivent leurs différences et croquent la vie à pleine dents ? Alors Chercher le garçon ne manquera pas de vous convaincre, avec cette originalité supplémentaire qu’il s’agit là d’ une romance gay. Quoi, vous ne supposiez pas que nos amis homos enchainaient eux aussi états d’âmes, aventures d’un soir, désillusions, recherche effrénée du Prince Charmant, etc … ? Et pourquoi pas eux, hein ?

Comme nous le dépeint Jérémy Lorca, le microcosme gay parisien est un monde impitoyaaaaableuh… dans lequel savoir rebondir et faire preuve de discernement deviennent des outils de survie ! Ellias, qui fête au début de ce roman ses 25 ans, est bien placé pour le savoir. Cela fait des années qu’il vit et évolue dans le Marais, ce quartier coloré, atypique et résolument homo de Paris, et pour ce quart de siècle, il est bien décidé à devenir adulte. Traduction : s’installer avec un amoureux (un vrai, pas un plan Q), se construire la vie dont il avait rêvé enfant (enfin, il n’avait jamais envisagé devenir gay, mais finalement est-ce un vrai problème ?), reprendre la peinture, dont il vit depuis des années, … . Bref, se reprendre en mains. Pour autant, ce n’est pas parce que la résolution est prise que tout roule : les Princes Charmants ne courent pas les rues, et les critères d’Ellias sont ambitieux… voire inatteignables. Entouré de ses indéfectibles amis Karim le top model et Emilien, le cœur d’artichaut, le jeune homme tente de mettre tous les atouts de son côté et se résout à ne plus sauter sur la moindre belle paire de fesses croisée. Plus facile à dire qu’à faire !

Avec humour, sensibilité et un réalisme incroyable, Jérémy Lorca nous entraine dans un univers aux codes et aux personnalités hors du commun, complètement ignorés (quand ce n’est pas dénigrés) par le grand public. Pourtant, au-delà des apparences parfois (souvent ?) sulfureuses se cachent des individus torturés, en proie à des complexes et des problématiques qui, si elles peuvent parfois être différentes de celles des hétéros, n’en sont pas moins universelles : recherche de l’amour, volonté de se réaliser, besoin de reconnaissance, peur viscérale de la mort et de la maladie, … . Ellias et ses amis deviendront à n’en pas douter vos meilleurs amis, à moins que vous ne deveniez leur FàP (je vous laisse lire ce livre pour découvrir (ou pas) la signification de cet acronyme !). Quoiqu’il en soit, vous passerez un moment de lecture divertissant et émouvant : Jérémy Lorca échappe à l’écueil de la subjectivité et nous offre une vision neutre (même si lumineuse) de ce monde gay qui peut effrayer ou déstabiliser. Préparez-vous à aimer !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s