« La dernière réunion des filles de la station-service » de Fannie Flagg (Cherche midi) – le préféré de Sweetie!

Sookie vient de marier ses trois filles en moins de deux ans, et ne désire rien tant que se reposer. Il n’y a pas à dire : gérer ces cérémonies à répétition l’a épuisée (après tout, n’est-ce pas à la mère de la mariée de tout prendre en charge dans l’organisation ? Et qu’importe si les mariées en question sont compliquées, exigeantes, exubérantes, … ?). Elle espère donc que concernant son fils, la famille de sa future bru (si tant est qu’il trouve chaussure à son pied !) sera à la hauteur pour qu’elle puisse, enfin, profiter dignement du mariage de l’un de ses enfants. En attendant, sa préoccupation première est de gérer sa mère, Lénore, une vieille dame de presque 90 ans et qui terrifie sa fille, sa famille et toute la communauté de Point Clear, Alabama, par son caractère et ses mots acerbes – bon, elle cherche aussi désespérément une solution pour que les geais bleus arrêtent de monopoliser les mangeoires qu’elle a installées dans son jardin aux dépens des oiseaux plus petits. A presque 60 ans, Sookie est résolue à enfin s’accorder une pause (un voyage avec son mari dont elle est encore éperdument amoureuse peut-être ?). Pourtant, alors qu’elle cherche cette fameuse solution pour que les mésanges à têtes noires puissent se nourrir sans risquer d’être embêtées par les gros oiseaux, un coup de fil va bouleverser sa vie bien rangée et lui donner l’occasion (bien qu’elle s’en serait alors bien passée) d’en dresser le bilan.

Elle qui a toujours cherché avec passion et obstination à rendre sa mère fière d’elle, à maintenant la réputation de la famille Simmons (ô combien chère au cœur de Lénore) et à tenir avec application ses rôles de mère, d’épouse et de femme au foyer va alors devoir remettre en cause les fondements même de sa vie. Mais loin de se démoraliser, elle s’entoure de ceux qui l’aiment et prend son courage à deux mains pour affronter une prise de conscience qui aurait pu abattre toute autre femme. Déterminée à avancer coute que coute et à découvrir ce que cette nouvelle (non mais quand même, quelle idée a eu cet homme de la contacter pour s’assurer qu’elle recevrait bien ce courrier recommandé qui a tout bouleversé) peut avoir comme conséquences sur sa vie de femme mûre, elle se lance dans des recherches et des démarches dont elle ne se serait jamais cru capable, se délivrant des carcans de l’ancienne Sookie et s’écoutant pour la première fois depuis… toujours ? Comme quoi il n’est jamais trop tard pour se faire confiance et accorder de l’importance à ses instincts, à ses désirs, à ses aspirations.

Comme elle nous l’avait déjà démontré dans Les Beignets de tomates vertes et Miss Alabama et ses petits secrets, Fannie Flagg redéploie tout son talent de la narration de destinées chamboulées et sublimées par des histoires de femmes hors du commun. Dans le cas de La dernière réunion des filles de la station-service, elle mêle petites histoires et Histoire américaine pour nous dépeindre, un chapitre sur deux, la vie de la famille Jurdabralinski, descendants d’immigrés polonais à laquelle Sookie se retrouve liée d’une bien étrange et insoupçonnée façon. La plongée dans la vie de cette fratrie, composée de quatre sœurs et d’un frère étroitement liés mais extrêmement différents, est comme beaucoup d’autres familles américaines bouleversées par la Seconde Guerre mondiale, et plus tard par l’entrée dans le conflit des Etats-Unis. Fritzi, jeune femme indépendante et au caractère bien trempé, est voltigeuse aérienne… plus par amour d’un homme au départ, mais bientôt par passion pour l’aviation et des avions. Mais lorsque le conflit s’amplifie, que leur père rencontre des problèmes de santé qui l’obligent à s’éloigner, que le seul frère s’engage et part en Europe, les quatre filles reprennent la gestion de la station-service familiale, la rendant célèbre dans toute la  région : pensez, quatre belles et dynamiques jeunes femmes sur des patins à roulettes qui font le plein des voitures de ces messieurs, les nettoient, les chouchoutent, les réparent, … alors même que souffle un vent de libération des femmes sur tout le pays. Parfaites illustrations de cette période qui changea profondément la société américaine, Fannie Flagg réinvestit par le biais de ces quatre sœurs également un fait historique et militaire méconnu : l’engagement de femmes courageuses et patriotes dans les premiers corps d’armée aérienne féminins. Méprisées par les militaires hommes, adulées par l’opinion publique, ces femmes représentaient pendant la période de guerre des héroïnes qui furent sans pitié renvoyées dans leurs foyers dès que les besoin de l’armée eurent disparus, et qui durent, au moins pour certaines, retrouver des positions subalternes. Cette découverte des ces unités est tout bonnement passionnante et complète parfaitement les deux intrigues fictives et subjectives que Fannie Flagg fait par ailleurs se croiser.

Vous l’aurez compris, ce roman est tout bonnement passionnant et, pour moi, tire son épingle du jeu par rapport aux deux précédents par son intrusion dans l’Histoire américaine. Elle lui apporte une dimension supplémentaire et une profondeur qui fait toute la différence et fait incontestablement de La dernière réunion des filles de la station-service le roman de Fannie Flagg que j’ai le plus apprécié.

Elizabeth L. Gardner, au pilotage d'un Martin B-26 Marauder.

Elizabeth L. Gardner, au pilotage d’un Martin B-26 Marauder.

Publicités

Une réflexion sur “« La dernière réunion des filles de la station-service » de Fannie Flagg (Cherche midi) – le préféré de Sweetie!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s