« La Boîte » d’Anne-Gaëlle Balpe (Sarbacane) – argent facile

Edens est une ville qui n’offre aucune perspective à ses habitants. Malt en est bien conscient et combat tant qu’il le peut l’impression d’être enfermé en trainant avec son meilleur ami Jonas et sa petit copine Jen du square au parc, puis du parc au square, arrosant le tout de bière bon marché. Pour son malheur, il est conscient de cet état de fait et en veut toujours plus. Aussi, le jour où avec Jen ils trouvent sur un ban une boite qui contient de l’argent et un mot en promettant beaucoup d’autres s’ils acceptent uns sorte de contrat, les deux amoureux décident de tenter le coup. Oh, Malt sait bien que c’est trop beau pour être sans conséquence, mais il voit aussi pétiller dans les yeux de sa copine toutes ces étoiles qu’il ne peut pas lui offrir autrement et l’espoir en un avenir radieux qu’il a tendance à voir s’éloigner chaque jour un peu plus. Pourtant, comme il s’en doutait, rien n’est gratuit… surtout pas des milliers de dollars tombés du ciel.

Car si Malt et Jen vivent la belle vie avec l’argent récupéré – Malt a accepté de convoyer une glacière au contenu inconnu d’un point A à un point B – dans la « grande ville » voisine, le jeune homme doit aussi rester joignable sur un téléphone attribué par ses commanditaires. Les voitures de luxe, les palaces, les virées shopping et autres cadeaux hors budgets ne parviennent pas à juguler sa terreur lorsqu’au détour d’un flash info à la TV il commence à entrapercevoir ce à quoi il a contribué. Mais une fois dépensé cet argent et accepté les premières missions, a-t-il vraiment la possibilité de se faire oublier ? Malt a l’impression de sombrer toujours plus bas, d’autant que sa mère est de son côté mourante, son père menacé par un incendie, et qu’un secret jusque là bien gardé semble avoir été récupéré à leur profit par ses commanditaires malintentionnés. De mauvaises surprises en déconvenues, de trahisons en imprévus, le jeune garçon apprend à une vitesse vertigineuse que chaque décision a des conséquences, sur soi et sur son entourage, et qu’avant de se lancer dans un plan aussi incroyable, il faut être sûr d’en accepter les conditions.

Anne-Gaëlle Balpe écrit ce roman à un rythme effréné, nous plongeant à la suite de son héros dans une spirale infernale. Tout comme lui, on est tentés de se dire qu’il peut « gérer », avant de se rendre compte du chausse-trappe que cette boite représente… mais trop tard. L’apprentissage des responsabilités de la manière forte en quelque sorte ; ça secoue, mais rappeler les basiques de si magistrale façon ne fera de mal à personne !

Sweetie

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s