Une fille parfaite, Mary Kubica, Mosaic editions

Parfois, les apparences peuvent être trompeuses.

« Je la suis depuis plusieurs jours. Je sais où elle fait ses courses, où elle travaille. Je ne connais pas la couleur de ses yeux ni comment est son regard quand elle a peur. Mais je le saurai bientôt. »

Incapable de dire non au séduisant et énigmatique inconnu qu’elle vient de rencontrer dans un bar, Mia Dennett accepte de le suivre jusqu’à chez lui. Sans savoir qu’elle vient de commettre une grave erreur. Et que rien, jamais, ne sera plus comme avant.

Mia Dennett est la fille d’un riche et célèbre juge. Elle se fait kidnapper puis est retrouvée quelques mois plus tard. Totalement changée, amnésique, ne répondant plus à son propre prénom. Que s’est-il passé durant ces quelques mois ? Quelles horreurs a enduré Mia ? Sa mère et l’inspecteur tente de savoir où elle est passée. Une course poursuite à la fois glaçante et attendrissante…

Vous savez le genre de livre qui vous accroche dès la première page ?  Qui vous cloue à votre fauteuil, que vous emportez jusqu’aux toilettes pour ne pas avoir à le quitter des yeux ? Qui vous oblige à rester éveillée alors que vous aviez juré de vous coucher tôt ? Une fille parfaite, c’est ce genre-là, impossible à décrocher, du début à la fin.

Parce que le style et l’écriture sont parfaits ; naturel, fluide, plein d’empathie et de sensibilité.  Notamment apportés par les personnages, tous très humains et  authentiques. Mia est particulièrement touchante ; issue d’une famille riche, elle est pourtant humble et consciente de la pauvreté autour d’elle. La psychologie est énormément présente dans ce roman et l’on se laisse happer par le côté émotionnel, de la jeune Mia enlevée, de la mère qui a perdu sa fille, qui la retrouve dans un état difficile à vivre pour tout le monde.  Les ressentis sont très fort.

Un roman à 3 voix ; la mère de Mia, le kidnappeur, le policier chargé de l’enquête. Tour à tour, ils prennent la parole, les chapitres alternent entre avant le kidnapping et après, laissant au lecteur le soin de tenter de reconstituer l’épisode central. Une manière d’accroître considérablement le suspense. C’est magistral !

Un premier roman totalement réussi pour cette ancienne enseignante américaine.

kitty

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s