« Le dernier brûleur d’étoiles » de Sophie Val-Piguel (Nouvelles plumes) * Prix de l’Imaginaire 2015

Le dernier brûleur d'étoiles (eBook) - Sophie Val-Piguel

J’avais adoré (et vous avais parlé) des Ailes d’émeraude, d’Alexiane de Lys, roman lauréat du Prix de l’Imaginaire 2014. Lorsque j’ai vu qu’était paru celui de cette année, je me suis donc précipitée.  J’aime en effet beaucoup l’idée de permettre à de jeunes auteurs de proposer leurs textes et de les faire connaitre grâce à ce genre de prix.

J’ai donc découvert avec plaisir l’univers et la plume de Sophie Val-Piguel. Largement inspirée par sa passion pour les légendes, elle a réussi à créer son propre style et sa propre mythologie et à les mettre ici au service d’une intrigue passionnante. S’il y a quelques longueurs, mettons cela sur le compte de la « jeunesse » : elles n’entachent pas la qualité des aventures de Gwenvael, orphelin qui découvre un jour que d’autres mondes existent et qu’il est originaire de l’un d’eux.

A la suite d’un cauchemar particulièrement bouleversant et réaliste dans lequel il lui est ordonné de retrouver une mystérieuse Calypso, l’adolescent est entrainé dans une guerre qui secoue le monde de Jawahar et dont il se découvre être l’un des acteurs principaux. Bien malgré lui, il découvre les rudesses de la guerre, les manœuvres de la politique, la rudesse des combats, … Il va même jusqu’à donner la mort, alors même qu’il s’y refusait. Confronté à des situations d’une rare violence, Gwenvael se doit de préserver sa vie, celle de Calypso à laquelle il est irrémédiablement attaché, mais aussi celles de ses nouveaux amis et de son peuple, et met pour cela en œuvre des moyens dont il ne se serait jamais pensé capable.

Adolescent fragile et dépassé par les événements, Gwenvael est surtout l’un de ses héros fort de ses faiblesses, tellement attachant (et parfois horripilant il faut bien l’admettre). D’une humanité à fleur de peau, il apporte dans le violent conflit qui sème la mort dans tout Jawahar et en menace l’existence ses pouvoirs et ses compétences. Guidé et formé par le redoutable Galahad, aimé par la belle Sterenn, il va affronter le pire, tomber dans le désespoir le plus total, puis revenir à la vie en portant la somme de tous les espoirs de son peuple et de son monde. Une mission bien lourde pour ses épaules dont il sortira à jamais non seulement fragilisé mais aussi plus fort.

Sophie Val-Piguel s’est visiblement fait plaisir en façonnant l’univers dans lequel évoluent ses personnages : magies noire et blanche, créatures mythologiques (dont l’incontournable licorne !), végétation luxuriante et amie, peuplades anciennes, rites ancestraux, … tout est là pour nous rappeler les codes traditionnels de la fantasy sans jamais tomber dans le déjà vu. Elle mène de bout en bout avec talent ce roman riche, foisonnant, coloré et rythmé (et oui, Le dernier brûleur d’étoiles se suffit à lui-même… pas de tomes de suite à attendre donc, ce dont on a presque perdu l’habitude !). Un bon moment de lecture en somme, et une auteur que l’on prendra plaisir à suivre !

sweetie

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s