Un si beau soleil pour mourir, James Patterson et Howard Roughan, L’Archipel

 

1743076-gf

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

On ne présente plus cet auteur, mondialement connu et lu, un véritable génie du thriller. Il publie minimum deux romans à l’année, et c’est toujours du grand et du bon, toujours original. Dans ce nouveau thriller, il mêle deux affaires qui n’ont rien à voir, et qui pourraient presque être deux romans différents. Sauf que…

Première partie ; John O ‘Hara, ex agent du FBI suspendu se voit confier une mission. Un homme riche et connu lui demande d’enquêter sur le meurtre de son fils et de sa belle-fille, assassinés lors de leur lune de miel.  John, un personnage particulier meurtri par la mort de sa femme, envoie ses deux fils en colonie et s’envole pour les Caraïbes afin d’élucider ce meurtre.

Deuxième partie ; L’agent spécial Sarah Brubaker, une jeune femme au fort caractère et à la détermination sans limites, se voit confier une délicate affaire de tueur en série : un individu assassine des hommes toujours selon le même mode opératoire, à travers le pays. Mais le plus curieux : Toutes les victimes portent le nom de John O’Hara.

Troisième partie ; vous l’aurez compris, John et Sarah vont être amenés à se rencontrer… Et tous deux vont unir leurs forces pour les deux affaires. A moins que le « tueur des John O’Hara » ne les trouve avant…

Contrairement aux précédents romans que j’ai pu lire, pour lesquels James Patterson s’entoure d’écrivains, on sent que celui-ci a été écrit à 4 mains. Les passages concernant le personnage de John O’Hara se distinguent des autres, l’écriture diffère. Et cela m’a étrangement rappelé le célèbre Fitz d’Olivier Gay. Tant au niveau de la dérision et autodérision que du style d’écriture.  Le mélange des deux cerveaux donne un cocktail plein de  suspense et d’humour.

Pas de temps mort, pas de repos. Que ce soit pour les héros ou le lecteur. Le maître du thriller a encore frappé : tout s’enchaine à une vitesse hallucinante, nous scotchant à notre fauteuil. Le livre parfait pour cette fin d’été !

kitty

Publicités

Une réflexion sur “Un si beau soleil pour mourir, James Patterson et Howard Roughan, L’Archipel

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s