La fille du train, Paula Hawkins, Sonatine

 

71B3cV9N1YL._SL1500_

Que faites-vous lors d’un trajet en train ? Lire un livre ? Ecouter de la musique ? Fermer les yeux ? Observer les gens qui vous entourent ? Caler votre tête contre la vitre et regarder le paysage défiler ? Une peu tout ça ?

Rachel elle, observe le paysage. Tous les matins, elle se rend au travail par le train de 8h04 et revient par celui de 17h56. Cinq jours sur sept, deux fois par jour. Au milieu du trajet, lors d’un arrêt du train, elle observe une maison en particulier, à chaque passage. Une jolie maison avec un couple qu’elle aperçoit furtivement. Parfois ensemble, parfois séparément. Son esprit s’envole et elle leur imagine une vie, des noms ; Jess et Jason. Un couple parfait qui la réconforte face à l’échec de son propre mariage.

Mais un matin, Rachel voit « Jess » échanger un baiser passionné avec un autre homme que son mari. L’image du couple parfait vole en éclat et bouleverse Rachel. Et d’autant plus lorsque deux jours plus tard, la une du journal clame la disparition de Jess, alias Megan…

C’est le premier roman de l’auteur et un véritable chef d’œuvre. D’une intrigue toute simple, elle trace une trame digne des plus grands, entravée de suspense, de mystères et d’une angoisse qui ne nous lâche pas.

L’ambiance est d’un réalisme saisissant, et peut-être parce que Paula Hawkins ne cherche pas midi à 14h : ses personnages ne sont pas tirés par les cheveux. Cela pourrait être aussi bien vous, moi. Des personnages simples dans une intrigue des plus banales, mais au scénario élaboré magistralement.

Trois voix sont réunies ; Rachel, Megan et Anna, la nouvelle femme de l’ex-mari de Rachel. Trois voix féminines prenant tour à tour la parole. Trois femmes que la vie a malmenées. Trois femmes avec leurs problèmes face à des hommes, qui eux aussi, se battent avec les leurs.  Les ravages de l’alcool sur une personne, son psychisme. L’enfer au quotidien, le trou noir, l’incapacité de se souvenir. La perte d’un emploi et ses conséquences, la colère, la violence, le deuil, et surtout la souffrance.  Autant de thèmes qui vont et viennent au cours de la lecture.

Isolez-vous pour quelques heures car vous ne supporterez pas d’être interrompus au cours de la lecture, mon entourage en a fait les frais… 😉

Un gros, énorme coup de cœur pour cette auteure et ce livre brillant de réalisme, qui sera bientôt adapté au cinéma. Et ce qui est sûr, c’est que plus jamais je ne prendrais le train sans le souvenir de ce thriller ancré dans la tête…

kitty

Publicités

4 réflexions sur “La fille du train, Paula Hawkins, Sonatine

  1. J’entends beaucoup parler de ce roman en ce moment et les retours sont tous élogieux. En e-book dans ma tablette je pense vite craquer pour une version papier ! Merci pour cet avis alléchant !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s