Amélia, Kimberly Mc Kreight, Cherche-midi

9782749139920

Ces derniers temps, j’ai apprécié beaucoup de romans, enchainant les avis dithyrambiques. Mais là… Rien de comparable. Ce premier roman de Kimberly Mc Kreight est un chef d’œuvre. Un vrai. L’un de celui qu’on n’oubliera jamais.

New-York. Kate est mère célibataire, elle vit avec sa fille Amélia, une ado de 15ans. Malgré sa brillante carrière d’avocate et son emploi du temps surchargé, elle a réussi à élever sa fille d’une manière remarquable : Amélia est bonne élève, assidue, polie et une ado responsable sur qui on peut compter, qui passe son temps libre entre lecture, hockey et associations caritatives.

Un jour Kate est appelée en urgence par l’école. Lorsqu’elle arrive sur place, il est trop tard. Amélia a sauté du toit.
Kate plonge dans le désespoir et la culpabilité, sans parvenir à comprendre le geste désespéré de sa fille. Le remord de ne pas avoir été plus présente l’obsède. Elle n’a plus le goût de rien. Erre. Sans but.

Un sms anonyme va la sortir de cet état. « Amélia n’a pas sauté ». Qui lui a envoyé ce texto ? Et pourquoi ? Kate, aidée d’un inspecteur de police va plonger dans les secrets de sa fille ; sms, mails, Facebook, tout y passe. Et elle va se rendre compte qu’elle ne connaissait pas sa fille aussi bien qu’elle le pensait. L’image de la fille parfaite va vite être balayée par les horreurs qu’elle va découvrir…

Un récit poignant, émouvant et dur à la fois, dont le réalisme des personnages et l’intensité de leurs émotions nous happent dès la 1ere page. A travers les récits d’Amélia et de Kate, alternent aussi textos, mails, pages de blogs, statuts Facebook, qui ponctuent de manière originale l’histoire.

Une seule question se pose ; Amélia s’est-elle suicidée ? Si oui pourquoi ? Une intrigue simple, (dont la réponse n’apparait qu’à la toute fin), qui est murée dans un récit plein de suspense et d’actions, dont chaque détail a été minutieusement rédigé. Pas un seul faux pas. Car une fois terminé, les personnages et l’histoire continuent de nous hanter.

Je n’ai pas d’enfants, mais j’imagine que les mères sont toutes confrontées à ce lien unique qui les lie à leur enfant. Le lien de la chair et du sang. Le lien de l’instinct maternel, protecteur, naturel. Un lien qui oblige à vouloir savoir son enfant en sécurité, vouloir le protéger, vouloir s’assurer de son épanouissement et de son bonheur.

A partir de ce premier thème, l’auteur en aborde de nombreux autres, tous liés plus ou moins, avec une maitrise parfaite. L’adolescence en particulier, avec le personnage d’Amélia. Les changements qui s’opèrent, tant moralement que physiquement ne sont pas faciles à gérer. L’âge où l’on se cherche, où l’on vit une crise identitaire, l’âge où l’apparence est primordiale, où l’on veut faire partie d’un clan pour se sentir important.

D’où découlent les thèmes de l’homosexualité, des sororités, bizutages, de la génération « E-ado », en permanence connectés. Non pas que cela soit un reproche, il faut savoir vivre avec sa génération ! Mais entre les mains des ados, qui ne sont pas encore adultes et matures, qui se cherchent, ce roman sonne comme une mise en garde face à tous ces outils qui sont aussi distrayants que destructeurs.

Chaque parent devrait lire ce livre.
Chaque ado aussi.

C’est le coup de cœur de l’année, voire de ces dernières années en ce qui me concerne. A lire, absolument.
A savoir qu’une adaptation cinématographique est prévue, par Nicole Kidman qui a acheté les droits. Espérons que le film sera à la hauteur du roman…

kitty

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s