L’enfant aux cailloux, Sophie Loubière, Pocket

9782266246309

Préface de Jean-Bernard Pouy qui décrit à la perfection l’écriture de Sophie Loubière.

Elsa Préau est une vieille dame vivant seule dans sa grande maison. Ancienne directrice d’école, cette retraitée, confrontée à la solitude et aux visites peu fréquentes de son fils Martin, épie les voisins depuis sa fenêtre. Un couple tout ce qu’il y a de plus normal. Une fille et un garçon qui ne cessent de se chamailler, et un autre garçon, toujours à l’écart, exclu, ne jouant qu’avec des brindilles, des cailloux.

Ce qui la frappe le plus sont cet air triste qu’il porte en permanence sur le visage, cette absence de vie dans les yeux, la maigreur de son corps. Et surtout l’air de ressemblance que cet enfant possède avec son petit fils Bastien. Parce qu’elle n’a rien d’autre à faire de ses journées, Elsa Préau va tout faire pour aider ce jeune garçon qui semble maltraité.
Mais que faire, lorsque les services sociaux et la police, après les recherches entreprisent, prouvent à la vieille dame que le 3e enfant n’existe pas ? Seule contre tous, Mme Préau est prête à tout…

Une histoire banale ; qui n’a jamais espionné ses voisins, s’inventant des histoires à dormir debout sur leur compte ? Une histoire simple que Sophie Loubière transforme en véritable casse-tête.

Si la première moitié du livre est plutôt lente, narrant la vie insignifiante de la vieille femme, chaque détail est néanmois d’une importance capitale. Car la seconde partie nous propulse littéralement au fond de notre canapé, l’auteur nous révélant au fur et à mesure des éléments qui accroissent le suspense de manière spectaculaire.
Qui est donc cet enfant ? Existe-t-il vraiment ou est-ce l’imagination d’une vieille dame un peu trop seule ? Qui est vraiment cette Elsa Préau ? Autant de questions que se pose le lecteur au fil de la lecture, si ce n’est plus au fur et à mesure.

L’écriture est brillante et touchante. On passe du rire à la tension, de l’envie de pleurer à la peur. Ce roman est un pèle-mèle d’émotions d’où se dégagent empathie et apathie pour les personnages, eux aussi sensibles et touchants.
Il est impossible de passer à côté de ce petit bijou, qui devrait être adapté en film prochainement ! On vous tiendra bien sûr au courant !

kitty

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s