Les Enfants de Choeur de l’Amérique – Heloise Guay de Bellissen (Anne Carrière)

En 1980, à quatre mois d’intervalle, Mark David Chapman assassine John Lennon et John Hinckley tire à bout portant sur Ronald Reagan.
Chapman et Hinckley, rien à voir en apparence, si ce n’est leur âge (25 ans) et leurs origines middle-class. Rien, sauf leur passion dévorante pour L’Attrape-cœurs et son héros, Holden Caufield. Sauf qu’ils aiment tous les deux les mômes, rien que les mômes. Qu’ils se méfient des pères qui picolent. Et des mères, hystériques. À moins que Chapman et Hinckley soient seulement les rejetons paumés d’une Amérique affamée de chair fraîche, de fric et de célébrité. Avec leurs airs d’enfant de chœur, ces deux-là racontent leur jeunesse. Chapman, le petit gros qui s’inventait des amis imaginaires. Hinckley, l’étudiant solitaire, fou amoureux de Jodie Foster, la gamine de Taxi Driver, qui le sauverait de son existence médiocre.
De son côté, Caufield en a marre d’être bloqué dans la tête de ces tarés qui se sont emparés de sa vie en lisant L’Attrape- cœurs ; il en a marre que Salinger, ce génie mutique et égoïste, le maintienne dans son éternelle jeunesse et dans sa rage. Il voudrait que Salinger écrive la suite. Il voudrait grandir. Pas Hinckley, ni Chapman.
Ces deux-là prétendront avoir dégainé leur arme par amour. Trop d’amour c’est sûr, un amour maladif pour eux-mêmes.

11260884_10153570119996944_1172524499860707545_n

Un livre coup de poing.

Un livre qui vous plonge tout entier dans l’univers de l’Amérique des années 80, là où toute une Amérique désabusée va vivre des évènements qui vont la chambouler à tout jamais.

D’un côté, nous avons Mark Chapman, gamin paumé, gros et solitaire mais rempli d’amis imaginaires.

De l’autre côté, John Hinckley, autre gamin paumé mais amoureux fou de Jodie Foster.

Ces deux gosses seront animés par un seul livre mais qui aura bouleversé toute une génération, l’Attrape-Coeur de Salinger.

Ce sont donc 3 héros que nous allons suivre tout au long de ce roman : Chapman, Hinckley et Caufield, le héros de l’Attrape-Coeur. 3 héros qui veulent marquer les esprits, être reconnus, ne plus être ceux que tout le monde voit à moitié transparent, ou à moitié cinglé.

Une seule les voit tels qu’ils sont vraiment, une seule mais pas la moindre…La Mère de l’Amérique. Celle qui les a enfantés, celle qui les a nourrit, élevés à des rêves inaccessibles et des histoires d’amour. Sauf que ces amours ne sont pas sains, pas construits, pas viables. Ils sont psychotiques, angoissants, révoltants.

Heloise Guay de Bellissen est un ovni dans cet univers littéraire. Son physique de rockeuse romantique, mêlé à une contre-culture hors norme donne un coup de poing dans un monde trop lisse et nous remet sur pieds, nous replonge dans une époque qui nous a tous bercé et élevé. Nous sommes tous des enfants de choeur de l’Amérique. Ces petits héros qu’on voit grandir dans son roman, on les a connu, on s’en souvient ; ils sont là, dans nos esprits. Heloise les fait vivre et nous montre la dérive potentielle de beaucoup d’entre nous. Ce roman qu’on lit sans s’arrêter pourrait très bien être de notre époque actuelle…Une société paumée, idéalisée par des petits garçons sans cadre et une imagination dérivante vers des contrées dont on ne revient pas…

Et un gros coup de coeur pour la couverture parfaite !

bonnie

Publicités

Une réflexion sur “Les Enfants de Choeur de l’Amérique – Heloise Guay de Bellissen (Anne Carrière)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s