Moutchi, Corinne Goodman, Editions Naives

26- Moutchi de Corinne Goodman

Une autobigraphie se distingue toujours d’un roman. Les mots y sont plus forts, les phrases plus percutantes, le ressenti est différent. Moutchi ne fait pas exception à la règle.

Corinne a 6 ans lorsqu’elle rencontre Charlie. Il a 15 ans. Il est beau, c’est un grand, et surtout, il est présent. Les parents de Corinne sont toujours absents ; voyage d’affaire, luxe extravagant, soirées mondaines et amants.
Mais Charlie est là lui. Il s’occupe d’elle quand personne d’autre ne le fait. Tout ce qu’il dit ou fait est donc normal pour la petite fille. Il lui dit qu’il l’aime. Que c’est un secret. Que personne ne doit savoir. Il lui donne le petit surnom de Moutchi. Un petit surnom secret. Alors Corinne devient de plus en plus souvent Moutchi. Elle a le droit de s’allonger à côté de lui, de le toucher. Partout. Il a le droit de la toucher, de l’embrasser.

C’est normal non ? Charlie est normal. Mais au fond qu’est-ce que la normalité pour une petite fille que ses parents n’élèvent pas ? Corinne mettra des dizaines d’années à comprendre, à se remettre, à apprendre à vivre avec ce que cet homme lui a fait subir.

C’est une histoire dure racontée à la perfection avec toute l’insouciance de l’enfance, les doutes de l’adolescence, et la maturité de l’âge adulte. Les phrases sont dures, le récit est choquant et bouleversant, dénué d’empathie, mais conduisant inexorablement à celle-ci. Nous suivons Corinne de son enfance à son adolescence, puis à sa vie d’adulte. Des premiers gestes commis envers elle à la séparation, de ses premières drogues, ses addictions à sa tentative de renouveau. De Corinne à Moutchi, de Moutchi à Corinne, l’entre deux et les désorientations qui en découlent.

La vie d’une enfant, brisée, qui donne une adulte désorientée, perdue dans un monde de tentations, privée d’amour et d’attention, et prête à tout pour les obtenir, peu importe de qui. Un récit poignant sur une aliénation psychologique, physique, capable de briser une vie, qui rappelle l’importance de la présence des parents dans l’éducation des enfants mais surtout de leur aide à la construction de la vie d’adulte qu’ils auront plus tard.

Qui témoigne du besoin d’amour dont a besoin un enfant pour se construire. Qui témoigne des horreurs dont peuvent être victimes certains enfants. Qui témoigne de l’injustice que peuvent ressentir les victimes face à ces ordures qui parviennent à s’en sortir.

Un témoignage, une mise en garde, à tous les parents, à tous les enfants.

En librairie le 1er octobre.

kitty

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s