Sans Pitié, ni remords – Nicolas Lebel (Marabooks)

9 novembre, cimetière du Montparnasse. Le capitaine Mehrlicht assiste, en compagnie de son équipe, aux obsèques de son meilleur ami, Jacques Morel. Quelques heures plus tard, il se retrouve dans le bureau d’un notaire qui lui remet, comme « héritage », une enveloppe contenant un diamant brut. Il s’agit de l’un des yeux d’une statue africaine, le Gardien des Esprits, dérobée dix ans auparavant lors du déménagement du Musée des arts africains et océaniens, que Jacques avait supervisé, et recherchée depuis par la « Police de l’Art ». Merlicht prend un congé et son équipe se retrouve sous le commandement du capitaine Cuvier, un type imbuvable aux multiples casseroles, quand les inspecteurs Latour et Dossantos sont appelés sur la scène de l’apparent suicide d’un retraité. Quelques heures plus tard, ils assistent impuissants à la défenestration d’une femme qui, se sentant menacée, avait demandé la protection de la police. Les deux « suicidés » avaient un point commun : ils travaillaient ensemble au MAOO lors de son déménagement.

Ces événements marquent le début de 48 heures de folie qui vont entraîner Mehrlicht et son équipe dans une course contre la montre, sur la piste de meurtriers dont la cruauté et la détermination trouvent leur origine dans leur passé de légionnaires.

ob_f238e1_81wdxf-jd7l

Quel plaisir de retrouver Merlicht, ce commissaire si atypique ! Quel bonheur de le retrouver, lui et sa tête de grenouille, lui et ses sonneries de téléphone qui nous font rire quand on imagine la situation, lui et ses répliques cinématographiques uniques !

Mais je dois quand même avouer que j’ai été un brin déçue dans ce troisième opus. Déçue mais agréablement surprise. Je m’explique…

Ce qui caractérisait les deux premiers romans du talentueux Nicolas Lebel, c’était ce talent de mettre en exergue un côté comique de la part de ses personnages et de leurs situations cocasses dans lesquelles ils se trouvaient et un côté dramatique propres aux enquêtes.

Mais dans cet ouvrage, nous avons à faire à un Lebel plus sérieux, plus formel parfois, plus descriptif et ça fonctionne aussi ! très bien même !

Ce gars a vraiment du talent ! Nous retrouvons sa patte qui nous colle le sourire aux lèvres, notamment avec les clins d’œils à ses comparses écrivains….allez le lire pour comprendre ! (Nicolas : tu m’as quand même fait lire mon futur ex mari , autre que ses propres livres !!!!!!!)

Nous avons là une enquête parfaitement menée, avec un regard assez rare de la police de l’Art. Trop peu mise en avant, ces professionnels travaillent dans l’ombre et font un boulot remarquable. Tout leur « art » est mis à l’honneur à travers un commissaire fort et charismatique. Un duo parfait avec Merlicht.

Les procédures, les interrogatoires, les pistes perdues, les désillusions…Nous sommes en plein dedans, on vit l’enquête avec une équipe toujours soudées… Un petit rappel à la série Engrenages pour ma part quand à l’esprit de familles qu’inspire celle ci.

En face, nous avons des tueurs impitoyables, prêts à tout. Et Nicolas nous les a façonnés d’une manière qu’effectivement, leur passé fait qu’ils n’ont vraiment rien à perdre. Des tueurs sanguinaires, tortionnaires que rien, ni personne n’arrêtera.

Donc, si au final, le côté « à-peine-trop-sérieux » m’a dérouté quelques instants, j’ai passé un excellent moment de lecture. La patte Lebel fonctionne toujours à merveille et comme à chaque fois qu’on finit un de ses livres, on a qu’une envie….retrouver Merlicht !

bonnie

Publicités

Une réflexion sur “Sans Pitié, ni remords – Nicolas Lebel (Marabooks)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s