« Strictly criminal » de Dick Lehr & Gerard O’Niell (Hugo Doc) * Fascinant

Couv-Stricly-Criminal-545x800 Whitey Bulger est l’un des criminels les plus violents que la ville de Boston ait jamais connu. Chef du gang de Winter Hill, il a de longues années durant été considéré comme l’alter ego des parrains de la mafia locale, jouant à armes égales avec eux : assassinats, chantage, extorsion, rackets, trafics en tous genres, menaces, il n’aura lésiné sur aucun moyen pour asseoir son autorité sur la ville qui l’a vu grandir. Entouré d’une horde de sous-fifres désireux d’entrer dans ses bonnes grâces, quitte pour cela à renier père et mère, Bulger s’est taillé une réputation d’homme violent mais fidèle dans ses amitiés, stratège de haut vol, sans scrupule mais d’une intelligence hors du commun. Mais ce que l’on sait moins de cet homme, c’est qu’il fut également l’un des indicateurs les plus influents du FBI, tournant ce savant jeu d’équilibre en sa faveur des années durant.
Et c’est cette facette longtemps inconnue de Bulger que Dick Lehr et Gerard O’Neill nous dépeignent dans ce document digne d’un polar. A partir d’une enquête richement documentée, ils nous narrent l’ascension de ce criminel hors pair protégé par les plus hautes autorités du FBI et qui su mieux que quiconque profiter de cette manne. Manipulateur hors pair, il accepte de devenir la « source » de Connolly, agent du FBI mais aussi voisin d’enfance qui le sollicite un soir, sans se rendre compte qu’il finira par être pris à son propre jeu. Du compromis à la compromission, il n’y aura qu’un pas, que Connolly et certains de ses collègues ne manqueront pas de franchir. Une escalade (ou une chute) que les auteurs nous décrivent étape après étape, nous donnant à voir la corruption dans toute sa splendeur, avec à la clé un scandale dont l’agence se remettra difficilement, et qui laissera derrière lui des victimes par dizaines.
Si le fond de l’histoire est profondément amoral, il n’en reste pas moins qu’elle passionne dès les premières pages tellement elle est riche en rebondissements, tellement le suspense est omniprésent. Dignes des meilleurs films policiers hollywoodiens (Strictly criminal est d’ailleurs à l’affiche depuis le 15 octobre, avec notamment Johnny Depp), la collaboration de Bulger et de Connolly nous fascine : est-il vraiment possible de se compromettre à ce point ? D’accepter de telles entorses à ses valeurs ? D’accepter de fermer les yeux sur l’inacceptable ?
Voici donc un document qui se lit comme un polar et qui, je vous l’assure, mérite votre attention !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s