« La lettre oubliée » de Nina George (Charleston) * coup de coeur de cette fin d’année

Afficher l'image d'origine

Jean tient une pharmacie littéraire ; libraire, il est en effet persuadée que pour toutes les affections de ses clients et des hommes, il existe un livre qui peut les guérir, leur rendre foi en l’amour, en le lendemain, leur redonner l’envie de se battre, de vivre, les réconcilier avec leurs proches, leurs voisins, leurs amants… Bref, il se fait fort de proposer à chaque personne qui met un pied dans sa librairie flottante – vous ai-je dit que sa librairie est installée sur une péniche et amarrée à Paris ? – le remède qui leur rendra le sourire. Il a ce don de lire en l’autre et de discerner dès les premières paroles échangées ce dont il a besoin.

Pourtant, Jean est lui-même un homme fragile, hanté par un amour passé et d’innombrables questions sans réponse, il regarde passer sa vie et n’a pour sa part pas réussi à trouver le livre qui le sauvera. Il se rend bien compte qu’à cinquante ans, il est temps pour lui de prendre son courage à deux mains… et d’ouvrir cette lettre que son amour perdu lui avait laissé et qu’il a toujours refusé de lire, ne voulant pas mettre des mots sur les raisons de son départ. Mais l’arrivée dans sa vie d’amis (il n’en avait jusque là pas tellement) bouscule ses certitudes et c’est accompagné qu’il décide de se lancer dans un pèlerinage dont il espère qu’il lui permettra de reprendre le contrôle de sa vie. A bord de sa péniche, accompagnée de Max, sur les canaux de France et à la rencontre de personnages formidables d’humanité, Jean parviendra-t-il à retrouver ce qu’il a perdu ?

Nina George nous offre là un roman sur le pouvoir de la lecture, ce bienfait que nous ressentons tous à lire sans pour autant parvenir à le mettre en mots. Le rapport de Jean au monde et aux livres est fort, puissant, d’une beauté rarement aussi bien évoquée. Nina George est une auteure qui décrypte merveilleusement bien les relations entre les hommes et ce que les livres peuvent leur apporter. A travers les personnages de Jean et de son aimée, de ses compagnons et de ses rencontres, elle crée une galerie de portraits fascinants et bouleversants, disséquant leurs sentiments, leurs vies et leurs amitiés pour mieux les comprendre. La clairvoyance dont elle fait preuve notamment quand elle parle d’amour (qu’il soit fantasmé, vécu ou perdu) et la précision avec laquelle elle pose des mots sur ses états bouleverse véritablement page après page. De l’amour des livres à l’amour de l’autre, Nina George nous donne à voir ce qui fait de nous, lecteurs, des personnes hors pairs… et à quel point les livres que nous découvrons nous enrichissent et guident nos vies.

Vous l’aurez compris, La lettre oubliée est un roman coup de cœur, l’un de ces livres que je conseille et continuerai de conseiller en 2016 !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s