« Le manoir des Lannélec » de Maurice de Kervénoaël (L’Archipel) * un roman honorable mais qui ne fera pas date

Afficher l'image d'origine

Olivier et Guillaume étaient adolescents à la fin des années 1958. Originaires de Bretagne, ils se sont rencontrés à Paris, sur les bancs d’une prestigieuse école et ont tout de suite sympathisé malgré des origines sociales et des croyances religieuses différentes. Des études aux vacances, ils partagèrent tout durant des années, se venant en aide lorsque nécessaire et réinventant le monde. Ils s’engagèrent même lors des « événements » d’Algérie, certes pas pour les mêmes raisons mais se forgeant encore une expérience commune. Plus que leurs destins de jeunes hommes dans une société en pleine mutation, c’est l’histoire d’une époque que nous narre Maurice de Kervénoël : une époque d’émancipation pour les femmes, de sexualité libérée, de changements politiques, de réformes sociales dans le monde des affaires, de guerre non admise mais aux conséquences réelles dans la vie des Français, une époque aussi où on continue de se remettre de la Seconde Guerre mondiale dont les orphelins et veufs sont encore légion…

Si ce roman du terroir ne constitue pas une lecture passionnante et subit un rythme de narration lent et artificiel, il n’en reste pas moins bien écrit et bien documenté et met en scène des personnages marqués par leur fragilité et leur authenticité.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s