« Comme un poison entre nous » de Monica Rattazzi (Scrinéo) * un roman dérangeant et très noir

Afficher l'image d'origine

Julie et Pierre sont mariés depuis des années, ont deux filles adorables et une vie apparemment idyllique. En reconversion professionnelle, Julie s’interroge aussi sur la direction que cela va donner à son couple et à sa famille, elle qui a assumé le rôle de mère au foyer des années durant après avoir mis un terme à sa vie professionnelle. C’est dans ce contexte un peu particulier, où plus rien n’est évident et où tout est interrogé sous un nouveau jour, qu’arrive dans leur vie Hadrien, un garçon de 13 ans qui s’est installé avec sa mère célibataire dans la maison en face de la famille. Rapidement, il vient passer des après-midis avec les filles, partage des parties de jeux vidéos avec Pierre – qui se sent très flatté par l’attention et l’admiration que lui voue Hadrien -, dîne avec la famille, impose ses envies à tous et oriente les sorties familiales. Julie voit d’un mauvais œil cet intrus, d’autant plus qu’elle perçoit bien qu’elle gêne : Hadrien revendique de trouver un nouveau papa en Pierre, qui semble être le seul à ne rien voir. Rapidement, Hadrien devient menaçant… à moins que ce ne soit Julie qui analyse mal la situation ? Car comment accuser un jeune garçon de tant de méchanceté et de calculs ? Est-ce même possible qu’un esprit si malveillant habite le corps d’un adolescent ? Pourtant, force lui est rapidement de constater qu’elle ne rêve pas, qu’elle ne noircit pas la situation. Les menaces s’accumulent, les peurs se renforcent, et même Pierre va bien devoir admettre qu’Hadrien a un comportement étrange et dérangeant. Hadrien va d’ailleurs éclairer d’un autre jour la situation du couple et faire remonter à la surface des ressentiments et crispations longtemps occultées. La vie si tranquille de Pierre et Julie ne s’en remettra pas …

Voilà un roman très noir et très dérangeant, dont on ne ressort pas intact et qui pose la question de la malveillance infantile ; à travers le personnage d’Hadrien, on explore l’idée dérangeante de la manipulation exercée par un enfant (ou ado) et sans aucune prise en compte des notions de bien et de mal … si tant est qu’Hadrien soit seulement capable de les définir/ressentir. Si l’on suppose au début que Julie cherche en ce voisin intrusif un prétexte pour faire valoir ses aspirations de changement – peut-être parce que c’est plus politiquement correct … -, on ressent rapidement le malaise de Julie. Monica Rattazzi parvient parfaitement à dépeindre cette atmosphère si atypique, si dérangeante. Le malaise est palpable, poisseux. Si ce n’est pas une lecture détente ou plaisante, elle est toutefois très noire et a le mérite de nous obliger à nous interroger sur une thématique taboue.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s