« Ne pars pas sans moi » de Gilly MacMillan (Les Escales) * un roman très très noir pour enchainer sur les chocolats!

Rachel aime se balader en forêt avec son fils Ben et leur chien ; séparé de son mari qui a très vite retrouvé une compagne, elle savoure les moments de complicité avec son petit garçon – qui a déjà 8 ans -, enchantée de le voir grandir et prendre son envol. Elle accepte donc avec un petit pincement au cœur que ce jour-là il sorte de son champ de vision pour rejoindre comme un grand un lieu bien connus d’eux deux, où ils ont l’habitude de faire une pause dans leurs escapades dominicales. Pourtant, cette première fois vire au drame : à l’endroit dit, personne n’attend Rachel. Sa première pensée est que son petit garçon lui fait une blague et s’est caché ; puis vient l’agacement face à la désobéissance de Ben ; enfin arrive en une vague déferlante l’angoisse et la panique, amplifiée d’autant lorsqu’un promeneur lui ramène le chien blessé et seul. Sans vraiment savoir comment, les vies de Rachel et de son ex-mari basculent à jamais : ils sont maintenant les parents d’un enfant disparu.

C’est un roman très noir que je vous présente en ce lundi de Pâques, dérangeant et angoissant, qui trouve un écho très particulier dans l’esprit des parents que nous sommes. En effet, dès les premiers chapitres, force est de constater que « ça peut arriver à tout le monde » et qu’aucun être humain n’est à même de gérer ce genre de situation. Face aux autorités, Rachel perd ses moyens, se retrouve suspectée de la disparition de Ben, voit sa vie épluchée par des yeux étrangers et à la recherche de la moindre de ses failles. L’auteure alterne les points de vue des différents personnages principaux, nous donnant à voir les arguments et mots de chacun sous un jour étranger et suspect ; impossible de ne pas accuser son ex-femme de négligence alors même qu’on sait que ce n’est pas l’attitude à adopter ; impossible de rester objectif, même lorsque l’on fait partie des forces de l’ordre, dans un cas de disparition d’enfant ; difficile d’être clair dans ses propos lorsque les émotions prennent le pas sur la raison. Page après page, Gilly MacMillan engendre une spirale effrayante, semant le doute et les suspicions, emportant la vie de ses personnages sur des routes sans retour. Manipulations, omissions, mensonges, peur, … tous les éléments sont réunis pour nous interroger et nous tenir en haleine. Bien que l’espoir d’une fin heureuse s’étiole petit à petit….

Vous l’aurez compris, Ne pars pas sans moi est une lecture très noire mais un roman extrêmement bien mené dont on ne sort pas indemnes. De quoi vous donner quelques sueurs froides et vous amener à vous souvenir de ce que les hommes sont capables de faire à leurs contemporains…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s