Belles de Shanghaï, Amy Tan, Editions Charleston

belles-de-shanghai

Début des années 1900 à Shanghaï, Lulu est une jeune américaine qui tient l’une des plus prestigieuses maisons de courtisanes de la ville. Femme célibataire, elle vit avec sa fille Violet, qui  grandit dans cet environnement, faisant les 400 coups et espionnant les courtisanes avec leurs soupirants.  Un jour, Violet découvre que son père est vivant, contrairement à ce que sa mère lui avait fait croire, et qu’en plus, il est chinois. Violet est donc à demi-chinoise ! Elle apprend également l’existence d’un frère, resté avec son père. Le choc est grand pour la petite Violet.

Sa mère décide quelques années plus tard de repartir pour San Francisco car le climat politique devient de plus en plus instable. Aidée par un amant, Lulu embarque sur le bateau, croyant sa fille sur ses talons. Mais hélas l’amant soi-disant de confiance s’enfuit avec Violet, et la vend à une maison de courtisanes. Lulu est à San Francisco et reçoit la nouvelle de la mort de sa fille. Violet pense quant à elle que sa mère l’a abandonnée. Elle a alors 14 ans et va découvrir d’un autre point de vue l’environnement dans lequel elle a grandi. Commencent de sombres années pour la jeune fille…

C’est avec une grande curiosité que j’ai plongé dans ce roman ;  la Chine et le contexte politique en 1900 ne me sont pas spécialement connus, et c’était l’occasion de combler quelques lacunes avec cette histoire intrigante. On s’attache très vite à Lulu et à sa fille Violet, et à ce monde de courtisanes extrêmement détaillé et travaillé, monde tabou qui mérite pourtant de s’y intéresser. Amy Tan nous en livre énormément sur le sujet, à travers les yeux de plusieurs personnages, tous différents. A travers les yeux de Lulu, l’innocence de Violet enfant, la découverte de Violet adolescente, mais aussi à travers le regard des hommes ou d’autres courtisanes.

Autre sujet très intéressant évoqué, c’est la relation complexe mère-fille qui est mise en évidence de façon à faire comprendre au lecteur que peu importe les tensions, le lien est plus fort que tout. A travers Lulu et Violet, Lulu et sa propre mère, et d’autres personnages, le lien prend tout son sens.

Une seule petite remarque négative ; si on se prend de passion pour la petite Violet enfant, la courtisane naïve qu’elle devient a tendance à agacer quelque peu. On éprouve à un certain moment le besoin de la secouer, car elle cherche tellement l’amour et l’affection d’un homme qu’elle en devient une proie facile. Ce comportement m’a, au bout d’un moment lassé, car je voulais qu’elle change de personnalité, qu’elle arrête de se laisser avoir ! Mais le récit nous ramène vite dans l’histoire avec d’autres rebondissements et on oublie sa naïveté lorsqu’elle reprend force et courage.

Bouleversant, tantôt drôle, tantôt triste, du sexe, de l’amour, de l’amitié, des trahisons, du pouvoir, de l’argent, du courage mais surtout la force du lien mère-fille, c’est un superbe roman, intriguant et émouvant, à l’histoire parfaitement  écrite ; 8 ans ont été nécessaires à l’auteure pour écrire ce livre !

A découvrir absolument !

En librairie le 8 avril.

kitty

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s