« Meurtre à Oxford – Une Enquête du Dr Silkstone » de Tessa Harris (L’Archipel) * poisons et manipulations

Afficher l'image d'origine

Début des années 1780. Le docteur Silkstone est un jeune anatomiste, passionné par son métier et promis à une belle carrière par ses professeurs. Pour parfaire ses connaissances, il est arrivé de Philadelphie et s’est installé à Londres, bénéficiant ainsi de l’enseignement des meilleurs et usant des corps des Londoniens. Sa renommée est telle que lorsque le comte de Crick meurt dans d’étranges et spectaculaires circonstances dans l’Oxfordshire, sa sœur, Lady Lydia, fait appel à ses services. Ne pouvant pas refuser à une si jeune et jolie lady son aide, Thomas Silkstone met alors les pieds dans une affaire criminelle de grande ampleur dans laquelle toute la noirceur des hommes semble devoir se déployer.

Si vous tapez sur internet « Thomas Silkstone », vous découvrirez en anglais de nombreux ouvrages signés Tessa Harris le mettant en scène. Il semblerait donc que nous ayons affaire à un personnage récurrent et au premier tome d’une série le mettant en scène. Autant vous le dire tout de suite, cela nous ravit ! Car cet anatomiste, qui écrit les premières pages de la médecine légale, est un bien sympathique gentleman, à la curiosité piquante et à l’intelligence avant-gardiste. Cadavre après cadavre, il apprend le fonctionnement de l’organisme et à déceler de nouvelles pathologies, enseignant ses découvertes à des étudiants mais aussi à ses pairs – toujours avec un grand respect pour ces enveloppes charnelles dont l’âme s’est enfuie. Pour autant, il ne s’attendait pas à ce que cette affaire criminelle, qui le mène à découvrir la prestigieuse ville d’Oxford et la beauté de ses campagnes, l’amène aussi à observer les pires travers de la nature humaine : ses dissections et études anatomiques ne lui avaient jamais appris les souffrances amères de la jalousie, la morsure de l’amour, l’ambivalence des liens familiaux ou l’odeur putride du ressentiment.

Alors qu’il ne s’y attendait pas, le voici donc plongé dans les affres d’affaires de familles minées par la haine et l’envie et dans laquelle le pire de ce que l’homme peut infliger à ses semblables prend vie. D’indices factuels en recherches anatomiques, Thomas va cependant tout mettre en œuvre pour trouver l’assassin du frère de Lady Lydia : expériences scientifiques, interrogatoires, observations, prélèvements d’organes, autopsies sur des cadavres putréfiés, allers-retours réguliers entre son laboratoire et la propriété de la famille Crick, expérimentations innovantes, … . Il est en effet fermement décidé à sortir celle que son coeur à choisi de son incertitude et de lui offrir les moyens de reprendre le cours de sa vie. Mais son savoir-faire et sa bonne volonté suffiront-elles ?

Tessa Harris dose très bien les indications scientifiques et anatomiques (qui sans conteste font l’originalité de ce roman, illustrant les immenses connaissances en la matière de l’auteure), les intégrant intelligemment dans son intrigue. L’enquête est très bien menée et le suspense efficace, permettant à l’auteure de nous surprendre jusqu’à la dernière page. Les rebondissements se succèdent, faisant apparaître les personnages tour à tour sous leur meilleur jour, puis le pire, disséquant leur personnalité. Car toute la richesse de ce thriller est là : on en apprend autant sur la nature humaine que sur la couleur et l’utilité des viscères !

Voici donc un premier opus très convaincant – à noter que depuis son succès aux Etats-Unis, il permet à Tessa Harris de vivre de sa plume, rien que ça ! – qui nous a séduites. On perçoit déjà le talent d’une auteure qui signe là son premier livre, et on ne peut que soupçonner que la suite des aventures de Thomas Silkstone nous ravira au moins autant.

NB : Mention spéciale pour la très belle couverture mais grosse interrogation : pourquoi « Meurtre » et non « Meurtres à Oxford »….?

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s