« La ménagerie du bout du monde » de Carol Birch (Terra Nova) * Un roman d’aventure et d’amitié à ne pas manquer

La vie de Jaffy bascule le jour où il croise la route d’un tigre dans les bas-fonds du Londres victorien ; sans qu’il n’en sache la raison ni même qu’il ne s’en pose la question, le petit garçon de 8 ans tend la main pour caresser le fauve et savourer le toucher incomparable de sa fourrure. Même s’il est happé par le tigre, puis sauvé par un homme qui ne tardera pas à changer sa vie en plus de la lui sauver, Jaf restera toujours fasciné et marqué par cette rencontre et en tirera une réputation qui le suivra des années durant : celle de pouvoir dompter, comprendre et calmer les animaux les plus sauvages. Embauché par l’homme qui le tira de la mâchoire du tigre, le voilà garçon à tout faire dans une ménagerie. Pour sa Ma et lui, c’est le début d’une vie plus douce largement marquée par l’odeur nauséabonde d’espèces ramenées du bout du monde, par une sourde tristesse née de la vue de ces chatoyantes créatures enfermées et sans espoir de sortir un jour de leur cage, d’un émerveillement quotidien inspiré par le respect de ces animaux puissants, colorés, gigantesques ou minuscules et toujours déracinés, mais aussi d’une amitié profonde et ambiguë avec Tim.

Jour après jour, Jaffy découvre un univers que sa basse extraction lui interdisait avant sa rencontre avec le tigre, exotique et sans limite. Tout comme Tim, il va petit à petit être hanté par le rêve de prendre la mer, de partir lui-même à la rencontre de ces peuples et de ces contrées dont les marins ivres des tavernes du port ne cessent de parler. Il veut s’arracher à sa vie et s’en inventer une aussi grande et colorée que les animaux dont il s’occupe. Aussi, lorsqu’on lui propose de participer à une expédition pour débusquer et ramener une créature mythique, il n’hésite que quelques secondes – secondes qu’il n’avouerait jamais à Tim, qui est également de l’aventure et brille par son calme et son assurance. Les deux amis abandonnent donc leurs amis et leur famille (ou ce qu’il en reste) pour embarquer sur un vieux bateau et partager la légendaire amitié des marins. A eux les grands espaces, les femmes à la peau foncée et aux formes généreuses, la gloire et les soirées passées à fumer la pipe en s’enivrant. Ils ont 15 et 18 ans et rien ne peut leur arriver. Pourtant, une mystérieuse malédiction semble toucher leur navire et l’aventure devient une épreuve dont Jaffy aura bien du mal à se relever. A moins qu’il n’y survive pas ?

La ménagerie du bout du monde est un roman ambivalent, dont la première moitié est chatoyante, odorante, éblouissante de couleurs, d’odeurs et de sentiments partagés. On vibre avec Jaffy au fil de ses découvertes, on plaint avec lui les animaux tout en ne pouvant nous empêcher de savourer leur proximité, on comprend l’ébullition d’une époque due aux découvertes incessantes de nouvelles terres et de nouvelles ressources et son enthousiasme incroyable pour l’exotisme. On partage avec lui une expérience humaine unique à bord du bateau et sur les terres où les marins débarquent et traquent des espèces inconnue et gigantesque, une vie rude rythmée par les marées, la météo et la solidarité. Puis on tremble, on verse une larme, on frissonne en affrontant à ses côtés les multiples tragédies que Jaffy traverse, on admire sa force et son inextinguible envie de vivre et de rentrer au port.

Vous l’aurez compris, ce roman est une merveille narrant le parcours initiatique d’un petit garçon dont la vie connut un virage imprévu qui le conduisit à se dépasser, à devenir un adulte dont il n’avait jamais rêvé. Jaffy est un personnage dont on se sent tout de suite proche, dont on se fait dès les premières pages un ami ; entouré de personnages forts, qu’ils soient mentors, amis, famille, ou adversaires, il gravite dans un monde que l’auteure est parvenu à créer en tissant légendes et réalité. C’est une lecture sauvage, rude, exigeante mais envoutante surtout. Et un voyage magique qui nous conduit finalement en Enfer…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s