Les lettres de Rose, Clarisse Sabard, Charleston

1540-1

Adoptée à 3 mois, Lola a 27 ans et rêve du grand amour et de devenir libraire. Mais son petit ami Peter embarque pour l’Australie  la larguant d’un simple SMS, et elle se contente de servir des sandwichs à des gens trop pressés dans le salon de thé parisien de ses parents adoptifs.

Un appel va faire basculer sa vie ; un notaire du petit village d’Aubéry, à 300 km de Paris, lui annonce que sa grand-mère maternelle biologique l’a couchée sur son testament. Encouragée par son meilleur ami homosexuel Tristan, elle prend des congés et part s’imprégner du village de ses origines.

A son arrivée, elle fait la connaissance de son cousin Vincent, peu désireux de la voir intégrer sa famille, et apprend que Rose, sa grand-mère, lui a légué une maison dans le village. Une lettre, rédigée par cette dernière, va l’entrainer dans un véritable jeu de piste de ses origines, qu’elle n’avait, avant cela, aucune envie de découvrir. Mais Lola se prend au jeu, et va découvrir qui étaient Louise, Rose et Nadège, son arrière-grand-mère, sa grand-mère, et sa mère. Une lignée de femmes au destin tragique, au passé bouleversant et attendrissant.

A travers les lettres de sa grand-mère, Lola va percer le mystère qui entoure sa naissance, et comprendre les raisons de son adoption. Et pourquoi pas apprendre à apprécier ce village qu’elle avait dénigré, trop fidèle à sa vie parisienne…

Prix du livre romantique, Les lettres de Rose est le premier roman de Clarisse Sabard, et une véritable réussite. Dès les premières lignes, nous sommes happés dans l’histoire, grâce à l’écriture simple et efficace de l’auteure. Intrigue singulière qui puise toute son originalité dans le jeu de piste laissé par Rose, dans ces lettres et les récites du passé du l’héroïne.

Les personnages féminins y ont une place importante, toute une lignée de femmes aux caractères opposés mais aux destins tragiques, à qui en tant que femme, on s’attache immédiatement. L’auteure aborde également un sujet que je ne connaissais pas ; la psychogénéalogie, où le fait que l’existence de nos ancêtres pourraient se transmettre dans notre ADN, notamment leurs souvenirs.

Une intrigue simple, des secrets comme on les aime, des rebondissements inattendus, un brin de romance et un soupçon d’histoire ; tout y est ! Ce livre est tout simplement impossible à lâcher, je n’ai pas décollé de mon canapé le temps de la lecture.

C’est un roman frais, optimiste et romantique, qui mérite vraiment son prix du livre romantique, et que je ne peux que vous conseiller ! Coup de cœur du mois de mai.

kitty

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s