« Les ailes d’émeraude, 2: L’Exil » d’Alexiane de Lys (Nouvelles Plumes) * Une suite résolument plus sombre

20160601_150008

Nous vous avons hier présenté Les ailes d’émeraude d’Alexiane de Lys, chronique dans laquelle vous avez constaté sans aucune ambigüité notre coup de cœur pour ce roman young adult. Cass, Gabriel et ses amis m’avaient séduite et j’avais dévoré ce premier tome passionnant et très rythmé. J’ai donc acheté ce deuxième tome en y plaçant beaucoup d’espoir, espérant retrouver la plume d’Alexiane de Lys et son univers fabuleux, et intriguée par le titre, L’Exil. Ne faisons pas durer plus longtemps le suspense : ce deuxième tome a tenu toutes ses promesses !

Nous retrouvons en effet Cassiopée, plus que jamais déterminée à retrouver Gabriel, l’amour de sa vie, et à contrer les machiavéliques projets de son père Manassé, qui s’est donné comme mission d’éradiquer le peuple des Myrmes. Chef des Parques, le peuple ennemi des Myrmes, cet homme dont elle a récemment appris qu’il était son géniteur est un personnage détestable dont elle veut plus que jamais se distinguer et sur le chemin duquel elle se dresse pour protéger son peuple d’adoption – qui ne le lui rend pas forcément. Son retour dans le villagemyrme ne se passe en effet pas comme elle l’avait espéré et sans la présence de Gabriel, disparu en mission, Cassie se retrouve bien seule face à des individus qui lui sont ouvertement hostiles. Et ce ne sont pas les révélations que lui réserve Leo, jeune Myrme enlevé par les Parques et de retour auprès des siens, qui vont simplifier la vie de la jeune femme – tout en lui permettant enfin de s’expliquer certaines situations et sensations, elles la mettent en danger de mort, tout comme ses proches, dont certains vont payer le prix fort. Et ce qu’elle va apprendre va une nouvelle fois l’obliger à tirer un trait sur certaines de ses certitudes et l’entrainer dans une spirale dangereuse et déstabilisante.

Alexiane de Lys nous remmène dès les premières lignes dans ce monde qu’elle a si bien imaginé et peuplé, et qui m’avait conquise dès le premier tome. Avec une plume toujours aussi efficace et un style encore plus affuté, l’auteure nous entraine une nouvelle fois dans l’univers fantastique dans lequel évoluent ses personnages – un univers foisonnant qui articule le monde des Myrmes et le nôtre avec talent. Pourtant, tout en s’inscrivant dans la lignée du premier tome, l’auteure parvient à renouveler efficacement son intrigue, donnant une dimension plus guerrière au personnage de Cassiopée. Résolue, elle affronte les dangers seule ou entourée par ses amis, découvrant la responsabilité d’avoir en charge la sécurité, voire la vie, de ceux qui lui sont proches, et la culpabilité de parfois échouer. Son personnage est plus torturé, plus sombre, tout comme l’intrigue ; on frissonne, on a les larmes aux yeux, on tremble et on se sent soutenu ou trahi page après page. Cassiopée et ses amis découvrent donc indéniablement la réalité de la guerre et l’horreur de ses méthodes, mais continuent aussi d’expérimenter la préciosité de l’amour, de l’amitié, de la loyauté. L’équilibre est parfait, la lecture haletante et passionnante. Bref, ce deuxième tome est une véritable réussite et nous rappelle que le talent n’attend pas le nombre des années !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s