La Rumeur, Elin Hilderbrand, Editions JC Lattès

IMG_3701

15e roman de l’auteure, c’est le premier que j’ai l’occasion de lire. Et je dois avouer que c’est une belle découverte.

Petite île de Nantucket. Madeline est auteure, vit l’amour parfait avec son mari et a un adorable ado, Brick. Sa meilleure amie Grace est une femme au foyer modèle ; excellente jardinière, cuisinière hors pair, elle s’occupe à merveille de ses deux ados Hope et Allegra, et son mari Eddie est un agent immobilier reconnu.

Ils font des envieux sur l’île, et on sait que la jalousie fait ressortir le pire en nous. Les langues de vipères commencent leur caquetage incessant, et les rumeurs commencent à circuler…

Est-il vrai que Madeline n’arrive plus à écrire, et que par désespoir elle se rabat sur un roman inspiré d’une histoire vraie ? Il se raconte même que ce serait sa propre histoire ! Est-il vrai que Grace est désespérée d’être toujours seule, que ses filles ne sont pas si modèles que cela, et qu’elle s’est jetée dans les bras de son jardinier ? On dit même que son ventre s’arrondit… Est-il vrai que son mari est endetté, et que pour éponger ses dettes, il s’est lancé dans un business pas très catholique ?

Les rumeurs s’alimentent, chacun guette leurs faits et gestes, et leurs vies parfaites va voler en éclat… Mais comment distinguer le vrai du faux ? Et si la vérité était pire ?

Le titre est très évocateur. La Rumeur. On l’a tous subie, alimentée, entendue ou propagée, selon l’importance qu’on lui a accordée et selon nos valeurs. Ce roman à la fois drôle et réaliste, plein de suspense, retranscrit à la perfection les dégâts qu’une rumeur, -qu’elle soit vraie ou fausse- peut provoquer.

Si le début est un peu long et plat, le temps de faire connaissance avec les nombreux personnages de ce roman, la suite n’est que plaisir, et l’écriture de l’auteur nous transporte au cœur de cette petite île. Les personnages sont frais et plein de vie, très humains avec leurs erreurs et leurs faux pas. Ils sont tellement travaillés et détaillés que malgré notre bonne morale, on ne peut en vouloir à aucun d’eux pour leurs comportements peu moraux.

L’auteure démontre la cupidité de l’être humain, sa passion pour les ragots, comment une rumeur se répand vite à travers un mot, une phrase, une situation, sorti de son contexte et sans posséder toutes les informations. En particulier dans les endroits comme cette ile, petits villages, où tout le monde se connait. Elle glisse subtilement l’impact des réseaux sociaux dans la progression de ses rumeurs, qui tout en étant un bon outil, contribuent à propager de fausses informations, à la vitesse de l’éclair.

C’est vraiment une belle découverte, un bon roman à emmener dans votre sac pendant les vacances !

kitty

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s