Pourquoi moi, Chelsea Cain, Editions JC Lattès

IMG_3724

Kick Lannigan a été enlevée lorsqu’elle avait 6 ans. Alors personne ne l’aurait cru vivante, elle est retrouvée 5 ans plus tard par le FBI et rendue à sa famille. Aujourd’hui, dix ans ont passé, Kick a 21 ans et n’est pas une jeune femme comme les autres. Elle maitrise les armes à la perfection, sait crocheter des serrures et passer inaperçue, malgré la célébrité qu’elle a connu lorsqu’elle a été retrouvée. Ses rapports avec sa mère ne sont pas au beau fixe mais Kick préfère faire cavalier seule.

Elle n’a jamais cessé de s’intéresser aux enfants disparus, aussi accepte-t-elle aussitôt lorsque Bishop, un ex-vendeur d’armes, vient lui demander son aide pour retrouver deux enfants kidnappés récemment. Une aventure dangereuse qui va la replonger dans les méandres de son passé, dans les douloureux souvenirs de ces cinq années passées dans l’ombre et lever le voile sur les kidnappings, et qui sait, peut-être sur le sien…

C’est un thriller remarquable que nous offre Chelsea Cain. Les premiers chapitres m’ont paru longs, car je ne parvenais pas à accrocher, à cerner le style de l’auteure. Et finalement, je ne regrette pas d’avoir poursuivi ma lecture.

Un temps d’adaptation est donc nécessaire, car l’écriture est brutale, à vif, sans compassion ni empathie. Le ton tranchant nous fait passer par différents sentiments ; le dégoût, la tristesse et la peur. Et j’entends par là la vraie peur, ce qui est plutôt rare qu’un auteur arrive à effrayer réellement son lecteur. Etre capable de susciter la montée d’adrénaline, le cœur battant à toute rompre, comme si le lecteur vivait vraiment le moment que vit le personnage.

Et c’est une vraie prouesse. Car les personnages sont froids et distants,  ne suscitent aucune empathie, il est d’ailleurs difficile de s’attacher au personnage de Kick malgré son passé difficile. Mais l’écriture est visuelle et le suspense intense.

Un thriller complexe mais bien ficelé dans lequel nous entraîne l’auteure, explorant l’horreur de la pédophilie, la pornographie infantile et les trafics d’enfants. Terrifiant, intrigant, on ne ressort pas indemne de cette lecture.

kitty

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s