« Les anges s’en mêlent » de Debbie Maccomber (Charleston) * une comédie romantique rafraichissante… et de Noël! (on aime vous surprendre!)

Afficher l'image d'origine

Lucie vient de perdre son père et, si elle n’en avait pas tellement envie, s’est laissée convaincre par ses amies et sa mère d’aller fêter la nouvelle année sur Time Square. Aren quant à lui vient d’arriver à NY où il a trouvé un poste de journaliste. Ils n’étaient pas censés se rencontrer, enfin pas tout de suite, mais c’était sans compter sur l’intervention d’un autre genre de bande de copines : Shirley, Goodness et Mercy, anges de leur état et passionnées par le monde des humains qu’elles observent depuis le ciel. Si elles ont déjà été rappelées à l’ordre par l’ange Gabriel en personne parce qu’elles sont incapables de ne pas intervenir dans la vie des hommes, elles ont tout de même tenu à montrer quelle belle fête est le passage à la nouvelle année à Will, leur « stagiaire ». Mais une fois n’est pas coutume, tous quatre ne peuvent s’empêcher de regretter qu’Aren et Lucie, si seuls et pourtant si proches l’un de l’autre parmi la foule enjouée des new-yorkais, ne se rencontrent pas. Et parce qu’il ne faut parfois pas grand-chose (l’intervention de quatre anges par exemple), les deux jeunes gens s’embrassent soudain sans trop savoir pourquoi et passent l’une des plus belles soirées de leur vie. Mais au petit matin, la vie reprend son cours et les sépare – et ce n’est que le début de leur histoire largement contrariée, encouragée et déviée par nos quatre anges qui, même s’ils sont plein de bonnes intentions, multiplient les bourdes. Aren et Lucie vont voir s’enchainer de drôles de hasards, devoir affronter des situations bien improbables, assister à ce qu’ils ne peuvent appeler autrement que des miracles avant de pouvoir pleinement se retrouver. Que d’aventures … et d’éclats de rire ! Car Les anges s’en mêlent  est avant tout une jolie comédie romantique, pleine de rebondissements et d’amour, le tout baignant dans la très particulière et chaleureuse ambiance de Noël. On se délecte des interventions de Shirley, Goodness, Will et Mercy, aussi maladroites que bien intentionnées (mais l’Enfer est pavé de bonnes intentions, comme le leur rappelle l’ange Gabriel, tour à tour agacé et attendri par ses anges) et on croise les doigts pour que le libre arbitre de Lucie et d’Aren finissent par pallier aux maladresses de leurs anges gardiens !

Nul doute que vous connaissez Debbie Maccomber…  Et bien moi je ne la connaissais pas avant de découvrir ce titre qui, s’il n’est pas de saison (les fêtes de fin d’année sont un joyeux souvenir en ce mois de juillet), m’a fait passer un très bon moment.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s