Quoi qu’il arrive, Laura Barnett, Editions Les Escales

IMG_3778

Angleterre 1958. Eva et David vivent le grand amour. Elle étudie la littérature, il est acteur de théâtre. Ils sont jeunes et ont la vie devant eux. Un jour, alors qu’elle se rend à ses cours, son vélo roule sur un clou. Jim, jeune étudiant en droit, est présent et vient lui proposer son aide.

Cette scène du début du roman est un point crucial pour la suite ; commence alors trois versions possibles de leurs vies en fonction de ce qu’il va se passer lors des quelques minutes de cette scène :

  • Eva répond à Jim, accepte son aide, et accepte même son invitation à prendre un café.
  • Eva accepte son aide et malgré l’envie, décline son invitation.
  • Eva ne répond pas à Jim et s’enfuie.

Trois versions différentes de l’histoire, qui vont malgré tout, dans chacune d’elle, voir évoluer Jim et Eva ensemble à un moment de leur vie. Trois vies différentes, qui malgré leur simplicité vont baigner dans les trahisons et les passions, le désir et l’amour, sur une durée d’une cinquantaine d’années de la vie des personnages.

J’avoue que ce roman m’a laissée totalement perplexe, et j’ai du mal à savoir l’impression qu’il me laisse. Car le début m’a totalement accroché ; cette idée de trois versions différentes d’une même histoire, cette insinuation sur les évènements qui nous arrivent, les choix que l’on fait et l’importance d’un détail si infime qu’il changerait notre vie si nous avions agi différemment. Cette idée de destin qui ressort ; car c’est le destin de ces deux personnages, de passer quelques années de leur vie ensemble, peu importe le temps, ou à quel moment car ils s’aimeront dans chacune des versions proposées.

Cependant au fil de la lecture, j’ai décroché à plusieurs reprises ; les versions alternent l’une après l’autre et c’est parfois difficile de se rappeler quelle version est quel récit, car les histoires sont différentes, peuplée de personnages différents d’une version à l’autre. Au fil des années, les couples se font et se défont, engendrant des enfants, petits-enfants aux noms différents. La foule de personnages et de détails associés aux versions qui se succèdent m’ont souvent déstabilisé, et je me suis un peu perdue. Surtout si on ne lit pas le livre d’une traite !

Néanmoins je garde à l’esprit l’originalité de la construction de ce roman, et surtout la puissante analyse de l’amour effectuée par l’auteure. En effet, au travers des différentes versions, elle explore les divers aspects du sentiment, du couple,  avec une profondeur maitrisée et une plume vraiment juste.

Du négatif, du positif, mais Quoi qu’il arrive, je choisis de ne conserver que le meilleur de ce roman, car malgré l’ennui éprouvé par moment, je n’ai pas pu m’empêcher de le terminer afin d’en connaitre la fin !

kitty

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s