La musique des ténèbres, Eric Bony, City Editions

img_4042

Après le Tombeau du Diable, Eric Bony revient avec une nouvelle aventure de son personnage Thomas Cazan.

Celui-ci est journaliste, spécialisé dans le domaine de l’étrange. Il travaille pour le magazine ENIGM, toujours à l’affût d’une nouvelle enquête. Et là, il n’aura pas besoin de chercher, quelqu’un va se charger de le prévenir… Un scientifique qu’il a connu se suicide en se jetant par la fenêtre de son immeuble, un message gravé dans le torse à l’attention du journaliste.

Le même soir, un chercheur reconnu qui tentait d’aller voir sa fille Agnès est retrouvé mort devant chez elle. Il a eu tout juste le temps de demander à celle-ci de détruire la partition du Chant de la Sorcière. Mais Agnès n’a pas revu son père depuis cinq ans, comment savoir de quoi il parle ?

Agnès et Thomas, en cherchant chacun des indices vont par hasard se rencontrer. Par hasard ? Peut-être pas… Ils vont devoir unir leurs forces pour découvrir la vérité. Même si leurs avis divergent. Car elle est journaliste scientifique et ne croit pas au paranormal, mais ils vont devoir passer outre leurs différences, pour le bien de la planète.

Car dans l’ombre, une terrible organisation secrète s’est créée, n’attendant que le bon moment pour passer à l’action et faire écouter au monde la musique des ténèbres…

N’ayant pas lu le premier tome, je découvre l’auteur et son personnage de Thomas Cazan. Belle découverte qui m’a beaucoup séduite. L’auteur possède un style bien fluide et romancé. De belles phrases plutôt longues et bien tournées, qui nous font accepter de prime abord ses qualités d’écrivains.

L’ambiance qui, sans y paraitre, devient de plus en plus oppressante au fil de la lecture, croisse à mesure que le suspense se fait sentir et qui, lui aussi, va crescendo. On ne veut pas, on ne peut pas s’arrêter. Tout est fait pour nous laisser cloué au fauteuil ; les chapitres, courts, intenses, mais aussi l’alternation des personnages dans la suite des chapitres.

Et bien évidemment le côté ésotérique m’aura lui aussi bien accroché. Le parallèle ésotérique/médecine est d’ailleurs très intéressant dans ce roman et vraiment bien exploité. L’auteur s’est inspiré de faits réels pour construire la base de son ouvrage, pour y intégrer des inventions de sa part, ce qui donne un mélange des plus agréables.

A découvrir !

kitty

Publicités

Une réflexion sur “La musique des ténèbres, Eric Bony, City Editions

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s