« Génération K » de Marine Carteron (Rouergue) * fascinant

Afficher l'image d'origine

Kassandre est une ado rebelle, tatouée et percée, torturée. Si elle a grandi dans une richissime famille, elle est loin d’être heureuse. Une sombre force semble dormir en elle.  A-t-elle jamais été comprise par des parents absents?  Décidément, la fortune ne fait pas le bonheur. Heureusement, Mina, sa seule amie, est là pour elle.

Mina, quant à elle, a grandi entourée par l’amour de sa mère. Pourtant, elle s’est toujours sue différente. Elle est la meilleure amie de Kassandre, qu’elle ne parvient pour autant pas toujours à comprendre, mais aussi la fille de la domestique de sa famille. Pas simple de se positionner, d’autant qu’elles sont sœurs de lait. Mais cela empêchera-t-il Kassandre de la rejeter le jour où elle découvrira le lourd secret que Mina découvre un jour ?

George enfin a grandi sans famille, enchainant les places dans des institutions incapables d’apprivoiser ce petit garçon découvert sur les marches d’une église. S’il déteste l’injustice, il est pourtant largement mouillé dans diverses affaires de délinquance. Il est d’ailleurs incarcéré suite à l’une d’elle lorsqu’un étrange personnage vient lui donner des documents qui pourraient bien lui permettre de savoir d’où il vient. Mais cela ne va-t-il pas déchainer la violence qui couve en lui et dont il soupçonne qu’elle peut le dépasser d’un moment à l’autre ?

Kassandre, Mina et George ne le savent pas encore, mais ils sont les porteurs d’un gène – le gène K – qui les rend puissamment différents, perçus par certains comme les sauveurs d’un monde qui se meurt, par les autres comme des moyens de s’assurer leur suprématie sur l’humanité. Héritiers de dynasties ennemies depuis des siècles, détenteurs de secrets jalousement gardés, les trois adolescents doivent rapidement apprendre à compter les uns sur les autres et à apprivoiser les démons qui dorment en eux – et qui semblent si bien s’articuler et s’apprivoiser. Ultime mission : il leur faudra aussi retrouver la trace du quatrième détenteur de ce gène K pour le sauver et ensemble, ils l’espèrent, réaliser de grandes choses.

Marine Carteron déroule avec beaucoup de talent un roman de science-fiction très noir, premier tome d’une trilogie qui s’annonce passionnante. On est rapidement captivé par les histoires narrées à la première personne par les trois adolescents qui s’alternent, se croisent et se lient finalement. La construction est intelligente. Mythe, scandale sanitaire, grands groupes financiers sans scrupule, mafia, créatures sorties tout droit des Enfers, tous les éléments sont rassemblés pour nous tenir en haleine et sans cesse faire s’enchainer rebondissements, révélations et scènes d’action. En un mot comme en cent, ce premier tome est on ne peut plus convaincant – parfaite confirmation du talent de l’auteure de la trilogie à succès Les Autodafeurs.

Et pour le plaisir, voici le teaser!

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s