« Le cri du corps mourant » Marcel Audiard (le cherche midi éditeur) * par Maîtresse Jedi!

AUDIARD_CORPS_1+4_BAT.indd

Comme tous les mardis, Puce, 14 ans, va chercher son petit frère François à la sortie de l’école. Ne le voyant pas arriver, elle s’en inquiète auprès de la maitresse et apprend qu’il est parti plusieurs heures auparavant avec son père. Le hic, François et Puce ne l’ont pas vu depuis que leur mère l’a mis à la porte six mois plus tôt. Sentant le coup fourré, Puce embarque ses quatre meilleurs amis dans une aventure rocambolesque sur les traces de truands un peu branques.

 

L’accroche en 4e de couv, « Le Club des Cinq en Bibliothèque noire », annonce la couleur. Et il y a en effet de vraies similitudes entre la série d’Enid Blyton et ce premier roman de Marcel Audiard, petit-fils de Michel. Là aussi la comparaison vient naturellement à la lecture : les personnages, des flics et des voyous, leur gouaille, le propos social (le bémol du livre pour moi car il alourdit inutilement le récit), le 18e arrondissement populaire et bigarré, jusqu’au titre qui rappelle celui d’un film d’Audiard Le Cri du cormoran le soir au-dessus des jonques sorti en 1970 (année de naissance de Marcel !). Mais je trouverai dommage de ne réduire ce texte et son auteur qu’à l’illustre ascendance de celui-ci et à son accroche.

 

L’hommage et la parenté sont assumés. Une fois cela dit, nous pouvons nous laisser emporter par l’histoire de ces enfants qui ne s’en laisse pas compter. Car le vrai plus ce sont les personnages. J’ai particulièrement aimé François qui, du haut de ses 10 ans, tient tête à ses ravisseurs et leur damne le pion à de nombreuses reprises (les meilleurs moments de ma lecture). N’oublions pas Puce et sa bande (Louis, Mourad, Blanche et Castille), la mère, Odile, très grande dame dans les épreuves, Raoul, le père de François, un alcoolique patenté qui livre son fils à des truands peu conventionnels (ils cachent leur business d’extorsion derrière la respectabilité d’une ancienne clinique psychiatrique). Des personnages dont les trajectoires se télescopent dans un final explosif quoique un peu long et qui se clôt sur une révélation annonciatrice d’une suite (l’on m’a murmuré qu’il s’agirait d’une trilogie).

 

A suivre donc…

 

Maîtresse Jedi

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s