Les soeurs de coeurs T1 Rikki, Christine Feehan, Editions Charleston

img_4219

Rikki Sitmore est une jeune femme qui vit au bord de la mer, dans la localité de Sea Heaven. Elle y possède un bateau et pêche des oursins pour survivre à ses besoins. Des besoins plutôt simples ; la jeune femme est autiste et ne laisse entrer personne chez elle. Pas même ses meilleures amies, ses sœurs de cœurs. Rikki a peur du feu depuis son enfance, pleine d’incendies, et surtout elle croit que c’est elle qui allume inconsciemment le feu.

Un jour qu’elle est en mer, un terrible accident a lieu et elle sauve de l’eau le mystérieux Lev. Ce russe ne sait plus qui il est, d’où il vient, mais dès qu’il voit Rikki, il sait qu’il ne pourra plus se passer d’elle, et la supplie de pouvoir se reposer chez elle quelques temps afin de retrouver une partie de sa mémoire. Rikki, d’abord réticente, finit par accepter.

Mais comment cela va-t-il se passer alors que la jeune femme ne veut voir personne chez elle ? Et qui est réellement cet homme qu’elle ne connait pas mais qui agit sur ses émotions, sur son comportement et par qui elle se sent attirée ?

Même si l’histoire est en elle-même plutôt plaisante, elle est quelque peu ternie par le style de l’auteure que je n’ai pas su apprécier et qui ne m’a pas emportée. J’ai eu du mal à accrocher dès le début, ne saisissant pas vraiment où l’auteure souhaitait nous emmener, dans quelle direction s’orientait son histoire. L’enchaînement des évènements n’est pas des plus simples et même le côté surnaturel – qui d’habitude ne me gêne absolument pas, au contraire ! – m’a été difficile à saisir.

Avec un peu de recul, j’apprécie l’imagination de l’auteure, et même cet aspect surnaturel, mais définitivement pas le style d’écriture. Est-ce le vocabulaire, les phrases ou le rythme ? Il y a en tout cas abus du mot « fichtrement », que l’on trouve au minimum 3 fois par chapitre, et qui me parait un peu trop familier pour ce style de roman. Trop de passages répétitifs, trop de trop, qui nous empêchent de comprendre le sens, et qui ne font pas passer l’émotion à travers les personnages.

Cependant, l’auteure maitrise à merveille le monde de la mer et possède une remarquable connaissance sur les bateaux, la pêche des oursins et le vocabulaire adéquat.

Un roman qui ne m’a pas convaincue plus que cela, et c’est la première fois que je suis déçue par un roman Charleston !

kitty

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s