Le somnambule, Sebastian Fitzek, L’Archipel

Leo Nader vit avec son épouse Nathalie une vie paisible. Elle est photographe et possède une galerie d’art. Il travaille dans l’immobilier et ne compte pas ses heures. Tous les deux vouent leur vie à leur travail, mais sont heureux et il ne manque que l’enfant qu’ils essayent en vain d’avoir.

Alors lorsqu’en pleine nuit, sa femme fait ses valises, le visage tuméfié, Leo craint que ses crises de somnambulisme ayant perturbé son enfance n’aient recommencé. Il reprend contact avec le psychiatre qui l’a suivi pour tenter de comprendre pourquoi ses problèmes reviennent et récupérer Nathalie.

Mais ce qu’il va découvrir de lui-même et de son somnambulisme est loin de tout ce qu’il avait pu imaginer. Qui est-il vraiment ? Quelle est sa véritable personnalité ? Une recherche aux limites de lui-même et de son esprit qui pourrait bien le rendre fou…

Que se passe-t-il dans notre cerveau lorsque l‘on dort ? Que fait-on réellement lorsque nous nous croyons assoupis ? Certains parlent, d’autres bougent, mais d’autres encore se déplacent et offrent une personnalité contraire à celle de leur moi conscient.  Le sommeil est un domaine bien complexe que Sebastian Fitzek explore en profondeur pour nous livrer un brillant thriller psychologique.

C’est d’abord l’incrédulité qui nous frappe ; Leo a-t-il vraiment pu frapper sa femme pendant son sommeil ? Puis viennent la compassion pour les évènements qui suivent et bouleversent sa vie, et enfin la suspicion. L’auteur nous entraine aux limites de la folie avec son personnage complexe, au comportement nocturne des plus sombres. Il joue avec nous à travers Leo, mets nos nerfs à rude épreuve, et nous leurre du début à la fin.

Mais au-delà de l’histoire de ce thriller intensément psychologique, c’est l’écriture qui frappe et contribue à rendre l’histoire des plus réelles. Ecriture simple mais au rythme effréné qui crée une tension intense et emmène le lecteur à ressentir  un véritable effroi.  C’est complètement happée par l’histoire que j’ai lu ce roman d’une traite, à la fois effrayée par cette sensation de huis-clos omniprésente, à la fois impatiente d’en connaitre l’issue. Et quelle surprise !

N°1 du thriller allemand, Sebastian Fitzek nous offre un thriller d’une grande qualité. Sombre, effrayant ; Magistral !

A noter que l’auteur sera présent pour le salon Quai du Polar à Lyon les 1er et 2 avril !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s