Je ne sais pas dire je t’aime, Nicolas Robin, Editions Anne Carrière

Un titre intriguant qui donne tout de suite le ton ! Paris, ville romantique à souhait. Des chassé-croisé de personnes, et parmi eux ; Juliette, Francine, Ben, Joachim.

Juliette est vendeuse de chaussures mais n’en peux plus des gens qui puent des pieds. En apnée, elle l’est également en dehors du travail, perturbée par un évènement qui a bouleversé la jeune femme qu’elle est devenue. Outre sa collègue exécrable, ses seuls rapports humains sont avec Goldie, une prostituée, et sa psy.

Francine tente de combattre le sentiment de colère qui l’envahi lorsqu’elle découvre sur un papier d’état civil un détail que sa mère ne lui a jamais révélé sur sa naissance. Sa mère, qui est déjà décédée et ne pourra jamais lui expliquer. Francine se retranche dans le passé et imagine des scénarios, à défaut d’obtenir la vérité.

Ben vit avec son compagnon depuis plusieurs années, mais c’est désormais le silence qui a toute sa place dans l’appartement. La communication est rompue, leur amour s’essouffle, leur complicité ne connait plus les regards d’autrefois. Rester prisonnier ou partir ?

Joachim est bel homme, fort, musclé, il plait à la gente féminine mais c’est à Mélissa qu’il a donné son cœur. Et derrière son apparente virilité, se cache un homme sensible, fan de documentaires animaliers. C’est en direct à la télévision qu’il se fait larguer, lors d’une émission destinée à faire audience.

Ces personnages vont se croiser dans un Paris en pleine période d’élection présidentielle, à la recherche d’une seule et même chose ; le bonheur et l’amour.

Un roman brillant et touchant ! A chaque chapitre son personnage, traçant ainsi une trame simple mais efficace, racontant la vie de ces personnages. Des personnages comme vous et moi, des gens qui se cherchent, se trouvent, essayent, dans une société qu’il n’est pas toujours facile de suivre. A l’image de ces personnages, ce roman, c’est la vie. Avec de subtiles dénonciations de l’auteur ; dénonciation des préjugés, des clichés, de la politique (et des élections), des émissions débiles de la TV mais aussi et surtout de cette quête du bonheur et de l’amour à tout prix.

La plume de Nicolas Robin nous séduit, nous faisant beaucoup sourire, nous prenant parfois aux tripes, et surtout nous touche, nous émeut. Chaque début de chapitre est un clin d’œil au précédent, bien que le chapitre change de personnage. Une touche d’originalité très agréable. C’est un roman très actuel, notamment avec ce parallèle des élections, brillamment intégré ; il en parle mais pas trop. Ouf, car on en entend suffisamment parler ces derniers jours…

Je ne sais pas dire je t’aime est un titre évocateur pour ce roman. Dans un monde où on ne sait plus vraiment, où les gens se regardent le nombril et oublient les sentiments, ce livre vient nous rappeler l’essentiel, tout en critiquant notre société.

Touchant, une très belle découverte.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s