Le murumure du vent, Karen Viggers, Editions Les Escales

Abby est biologiste et prépare une thèse sur son étude des kangourous. Très indépendante, la solitude ne lui fait pas peur et c’est seule qu’elle parcourt les vallées d’Australie pour observer les kangourous. Un jour, elle est obligée d’accepter la présence de Cameron dans son quotidien, un journaliste à la recherche d’un article sur ces énigmatiques animaux. Abby ne le supporte pas, mais reste étrangement attirée par lui. Et c’est réciproque…Cameron insiste mais Abby tient trop à son indépendance.

Daphné est une vieille dame qui a vécu son enfance dans les montagnes où Abby étudie les kangourous. Elle y retourne souvent, pour se souvenir, pour ne pas oublier les bons souvenirs qu’elle garde de cet endroit. Et c’est ainsi que les deux femmes se rencontrent. Abby a l’impression de retrouver sa grand-mère, et une relation d’amitié profonde se tisse entre elles. Abby va aider Daphné à vivre malgré la vieillesse qui se fait sentir, et Daphné va faire comprendre à Abby l’importance de ne pas repousser l’amour lorsqu’il frappe à notre porte.

A travers leurs récits respectifs, les deux femmes vont s’aider à aller de l’avant, à laisser le passé de côté et à regarder vers l’avenir.

Je découvre Karen Viggers avec cet ouvrage et je suis conquise. C’est une belle histoire d’amitié pleine d’émotions que j’ai découvert.

L’amitié n’a pas d’âge, en témoigne la relation particulière qui se noue entre Daphné et Abby, et elle a toujours son importance. Pouvoir se confier sans être jugé, pouvoir se taire quand on le souhaite, pouvoir s’aider mutuellement et se raconter les souvenirs, les peurs, les angoisses. C’est parfois bien souvent libérateur et ce type d’amitié offre de grandes perspectives d’avenir, à l’image de ces deux héroïnes.

La nature tient également une place très importante, elle est au cœur de ce récit. On la retrouve dans les belles descriptions des paysages de l’Australie, de animaux et notamment les kangourous, et dans le rapport que possèdent les personnages du livre avec elle. Le tout décrit avec émotion et bienveillance. Emotion dans le récit des deux femmes également, dans l’histoire de leurs vies, et dans la plume de l’auteure qui possède un certain talent pour émouvoir son lecteur. Car pour être honnête, j’ai survolé le passage de l’abattage des kangourous tant il m’a bouleversée dès les premières lignes…

Un magnifique roman qui sonne comme une ode à la nature, à l’amitié, à l’amour, et surtout à la vie.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s