Serre moi fort, Claire Favan, Pocket

  1. La jeune Lana est portée disparue. Pour son frère Nick, commence une douloureuse période. Lui qui est déjà invisible à la maison, grandissant dans l’ombre de sa sœur, c’est désormais bien pire. Son père sombre dans l’alcool et sa mère n’est plus qu’un légume, abrutie de médicaments et incapable de sortir de son lit. A 15 ans, Nick s’occupe seul de la gestion de la maison, de ses parents, et de son avenir.

Quelques années plus tard, ils se relèvent et rejoignent un groupe de soutien, puis se lancent dans une lutte acharnée pour retrouver Lana, qui, semble-t-il, a été victime d’un tueur en série ayant sévi dans la région, surnommé l’Origamiste. Seul doute persistant ; son corps n’a jamais été retrouvé.

  1. Dans les bois de l’Alabama, l’inspecteur Adam Gibson vient de découvrir une grotte où reposent des dizaines de corps de femmes, enfermées dans des sacs, habillées de la même façon, tel un rituel macabre.

L’assassin, à quelques pas de là, comprend que sa piste est sur le point d’être remontée, que son temps est compté. Commence alors une traque psychologique entre les deux hommes…

Je suis toujours épatée par la noirceur de l’écriture de Claire Favan quand on voit la femme souriante et agréable qu’elle est. Ce thriller est encore une fois la preuve qu’elle est l’une des plus brillantes auteures françaises de roman noir.

Le scénario se découpe en trois parties au cours desquelles nos sentiments et ressentis évoluent considérablement. La première partie se veut très empathique vis-à-vis du jeune Nick et de sa situation.  Nous sommes touchés par cette ado obligé de se débrouiller seul, nous ressentons pitié et compassion à son égard pour cette triste situation qui s’installe dans sa vie. La seconde se concentre sur l’enquête du commissaire Adam Gibson, et nous cloue à notre fauteuil tant le suspense va crescendo, accentuant la tension durablement. La dernière révèle la traque du tueur et d’Adam l’un contre l’autre, avec une écriture qui agit intensément de façon psychologique. Sans doute la plus noire, la plus sombre et la plus odieuse des trois parties, au final explosif.

Difficile de rester de marbre face à tant de violence, physique ou morale, car elle est omniprésente tout au long du récit.  Un thriller brillant, une fois de plus.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s