« Louis, un soldat Poilu » de Laurent Bègue (Illustrations Patrick Le Borgne ; éditions Belize) * In Memoriam

20171125_161936.jpg

De passage au salon Histoire de lire de Versailles fin novembre, j’ai rapidement été fascinée, dans l’espace Jeunesse, par les aquarelles d’un dessinateur placé un peu au fond, et qui était absorbé dans ses couleurs. En me rapprochant, j’ai pu voir qu’avec 4 pinceaux (je crois) et quelques carrés de couleurs, il dessinait puis peignait le portrait d’un soldat vêtu et coiffé de bleu – qu’il dédicaça à un certain Augustin, qui devait passer récupérer son exemplaire un peu plus tard. Et c’est surtout pour prolonger ces moments magiques de création que je me suis portée volontaire pour, à mon tour, me faire personnaliser un exemplaire (oui à moi, et non à un enfant de mon entourage !). Si c’est donc en premier lieu les superbes illustrations (et la gentillesse et la modestie de Patrick Le Borgne) que j’ai remarquées à propos de cet album, elles accompagnent également parfaitement un texte extrêmement bien pensé, intelligent et pédagogique, que j’ai découvert juste après

20171125_143546.jpg

 

Sous la plume de Laurent Bègue, j’ai ainsi rencontré Louis, soldat de la Grande Guerre, au dernier jour des combats, presque au moment de l’Armistice (« le 11ème jour du 11ème mois à la 11ème heure »). Alors que j’avais déjà eu l’occasion de lire en jeunesse des romans sur la vie dans les tranchées, c’est ici surtout le défi de la démobilisation et du retour à la vie civile qui est narré : l’attente pour rentrer chez soi, les transports bondés, le retour dans des villages décimés, parmi des familles endeuillées, la société marquée par l’horreur et sensiblement transformée, l’envie d’aller de l’avant tout en se souvenant – ce devait être « la Der des Der ». On l’oublie parfois, mais la fin de la guerre n’a pas marqué la fin des difficultés pour les soldats et leurs familles et c’est ici ce que Laurent Bègue a développé, sans pour autant rentrer dans la polémique ou le pathos. Son récit est factuel, très humain, et servi par un vocabulaire à la fois précis et accessible. Il a d’ailleurs reçu le label ‘Centenaire 14-18’.

Louis, un soldat Poilu – La journée du 11 novembre 1918 est donc un album que je vous recommande alors que la France, l’Europe et le Monde commémoreront l’an prochain les 100 ans de l’Armistice en l’absence de tout survivant.

Publicités

Une réflexion sur “« Louis, un soldat Poilu » de Laurent Bègue (Illustrations Patrick Le Borgne ; éditions Belize) * In Memoriam

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s