Le chat qui a tout vu, Sam Gasson, Editions de l’Archipel

A Brighton, St Andrew’s Road est une petite rue pavillonnaire tranquille, dans laquelle les habitants se saluent, se parlent, se fréquentent parfois. Parmi eux, Bruno Clew, 11 ans, rêve d’exercer le métier de son papa ; détective privé. Intelligent, organisé, il en possède déjà les qualités, et ne manque pas une occasion de noter toutes les choses qui lui semblent bizarres dans son carnet qu’il ne quitte jamais.

Lorsque la mère de son meilleur ami Dean, habitant la maison en face est retrouvée sauvagement assassinée, Bruno y voit l’occasion rêvée de prouver son talent, grâce à ses notes consignées et…son chat. Car il a accroché une petite caméra au collier de Mildred, sa petite minette, afin de surveiller ses allées et venues.

Les preuves vont toutes à l’encontre du père de Dean, un homme violent, alcoolique, jaloux. Mais Bruno possède quelques preuves qui manquent à la police, et est persuadé que le coupable est un autre habitant du quartier. Pour cela, il lui faut visionner l’enregistrement de Mildred, qui en se baladant, aurait pu capter un détail. Seul problème ; Mildred a disparu. Qui a pu vouloir la kidnapper ?  Le meurtrier peut-être ?

Une chose est sûre, les habitants du quartier ne sont pas aussi roses qu’ils veulent le faire croire, comme va le découvrir Bruno au cours de ses investigations, tous ont des secrets bien gardés…

Voici un roman original et très divertissant que j’ai pris plaisir à découvrir. La qualité littéraire n’est pas excellente, l’écriture parfois décousue, mais l’histoire est, malgré la tournure dramatique des événements, drôle et bien ficelée.

Il est difficile de ne pas apprécier d’emblée le personnage de Bruno, ce petit détective en herbe, déjà très professionnel dans sa manière d’enquêter, détaché face aux événements et attentif au moindre détail. Il pousse parfois un peu les limites, dissimulant les indices qu’il collecte à la police, prenant des décisions et des risques qui pourraient s’avérer dangereux pour lui, sans avoir vraiment conscience des conséquences… Bref il agit comme un adulte, et je trouve d’ailleurs les parents un peu légers sur ce point de l’éducation. Mais ce côté Sherlock Holmes le rend très attachant.

Un suspense bien présent s’installe tout au long de la lecture, une fois que nous avons bien assimilé qui est qui (car les voisins sont nombreux !), et au final, ce n’est absolument pas ce à quoi nous nous attendions, comme quoi, les apparences sont bien trompeuses ! Car il n’y a pas seulement l’identité du meurtrier qui intrigue, mais aussi ce qui a pu arriver au chat, et ce qu’elle a pu filmer !

Faire reposer une preuve de meurtre au cou d’un minou, il fallait oser. Mais c’est réussi ; originalité, légèreté, humour, bref une lecture très divertissante !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s