Le lilas ne refleurit qu’après un hiver rigoureux, Martha Hall Kelly, Editions Charleston

Caroline Ferriday travaille au consulat français à New-York. Célibataire, elle voue tout son temps à son travail, se dévoue corps et âmes pour envoyer tout ce qui peut servir aux orphelinats, pour gérer les demandes de visas. Lorsque la Pologne est envahie par Hitler en 1939, sa vie va être bouleversée. D’autant plus de travail l’attend, et l’homme de qui elle est récemment tombée amoureuse en secret doit partir rejoindre sa femme qui l’attend de l’autre côté de l’Atlantique.

Kasia Kuzmerick est une jeune fille polonaise dont le quotidien va être bouleversé par les troupes hitlériennes. Alors que la Pologne est envahie et surveillée, elle s’engage dans la résistance. Faire passer des colis, des messages, elle est heureuse de s’investir pour son pays, mais la moindre erreur, la moindre minute de retard pourrait lui coûter cher à elle et sa famille.

Herta Oberheuser est une allemande qui tente de se faire une place dans le domaine de la médecine, domaine réservé aux hommes. Le gouvernement hitlérien va lui proposer un poste au camp de concentration de Ravensbrück, camp exclusivement réservé aux femmes. L’occasion rêvée pour Herta de montrer de quoi elle est capable. Mais le camp de Ravensbrück n’est pas ce à quoi s’attendait Herta. Elle reste pourtant, et fait ce qu’on lui demande.

Ravensbrück va être le lien entre ses trois femmes. Kasia et sa famille vont y être envoyées sans avoir la moindre idée de l’horreur qui les attend. Comment survivre dans de telles conditions ? S’en sortiront-elles ? Et si oui, à quel prix ?

Enorme coup de cœur de ce début d’année. J’ai rarement été autant bouleversée par un roman ; les larmes aux yeux tout au long de la lecture, et les personnages qui ne me quittent pas, qui continuent de me hanter.

La seconde guerre mondiale est sans doute la pire des deux guerres, et nous avons tous en tête des souvenirs de nos cours d’Histoire sur le sujet. En général, j’évite les romans sur la guerre, mais je n’ai pas pu détacher mes yeux de celui-ci, malgré la difficulté d’y lire tout ce qu’ont pu subir les prisonnières du camp.

A travers le personnage de Kasia, nous découvrons la situation de l’intérieur. Les conditions absolument inhumaines dans lesquelles elles sont détenues, ce qu’elles subissent, et pire encore, leur utilisation en tant que cobayes pour des opérations. Surnommées les « lapins », ces femmes ont vécu l’horreur. Certaines ne s’en sont pas sorties, et celles qui ont eu cette « chance » ont dû réapprendre à vivre après.

Il est encore plus effrayant de découvrir le point de vue de Herta, la médecin qui a, en toute connaissance de cause, pratiqué ces opérations, fait subir ces horreurs, sans une once de culpabilité, sans aucune compassion. Cela rend son personnage détestable en comparaison des autres pour qui nous ressentons une profonde empathie. La thématique y est bien sûr pour beaucoup, mais l’écriture absolument parfaite accentue cette émotion.

Ce qui a achevé de me bouleverser est d’apprendre que tout est issu de faits réels. Quelques éléments comme les histoires d’amour des personnages ont été romancés, mais les personnages ont réellement existé. Caroline Ferriday était une femme remarquable qui a beaucoup donné de sa personne, beaucoup œuvré pour l’humanité, mais reste top méconnue. Le docteur Herta Oberheuser a elle aussi bien existé. Quant à Kasia, c’est une femme imaginée par l’auteure à partir de récits de survivantes qu’elle a pu rencontrer.

Un travail absolument incroyable, beaucoup de recherches, des années de travail qui donnent un premier roman remarquable, rend hommage à la femme à travers l’Histoire, mettant en lumières les actions de certaines, méconnues, qui ont pourtant participé à l’Histoire.

Incroyablement bouleversant, touchant, préparez les mouchoirs ; les personnages vous hanteront longtemps, on ne ressort pas indemne de ce roman. Gros gros coup de cœur à ne pas manquer.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s