Fais le pour maman, François-Xavier Dillard, Pocket

Sébastien a 7 ans. Enfant plutôt réservé, il vit seul avec sa sœur Valérie et sa mère qui enchaine les petits boulots pour faire vivre sa famille. Mais elle n’est pas heureuse et ses ressentiments ressurgissent dans de nombreuses disputes avec sa fille. Un soir, c’est la dispute de trop. Un couteau termine dans le ventre de Valérie. La mère prétend que c’est Sébastien qui a blessé sa sœur mais la police ne croit pas à cette version. Leur mère finit en prison, Valérie en hôpital spécialisé, et Sébastien en famille d’accueil.

Quelques années plus tard, Sébastien est désormais un homme, un médecin, un mari puis un père. Après le décès tragique de sa femme, il élève ses deux petites filles tout en trouvant le temps et l’énergie de s’occuper de ses petits patients. Des patients, qui décèdent mystérieusement. Sébastien comprend que son passé est de retour et qu’il n’en a pas encore fini avec lui, d’autant plus quand il se retrouve suspecté des meurtres de ses patients…

Après avois beaucoup entendu parler de ce roman, je me décide à l’acheter après rencontre avec l’auteur à Quai du Polar. Et je ne regrette pas !

On plonge dans un univers angoissant, celui de cette famille bien atteinte, où la mère accuse son propre fils d’avoir tenté de tuer sa sœur avec un couteau de cuisine. Empathie immédiate pour le petit Sébastien, puis pour l’adulte qu’il devient, un homme qui malgré son terrible passé, a réussi à faire quelque chose de bien de sa vie.

Et bien vite, le suspense s’installe. Les patients de Sébastien meurent, et la policière de qui il commençait à se rapprocher le suspecte. Lui seul sait de quoi est capable sa famille… Et le besoin de vengeance de Valérie est terrible. La plume de l’auteur, fluide et très agréable, le met particulièrement bien en avant. Valérie, un personnage inhumain que l’on ne comprend pas. La vengeance est donc au cœur de ce livre, au même titre que la famille, et nous entraine dans une tension remarquable jusqu’à la toute, toute fin… Un final que je n’ai pas vu venir qui m’a surprise, et qui nous rappelle combien il ne faut jamais se fier aux apparences…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s