Comptine mortelle, Anthony Horowitz, Editions du Masque *lecture croisée*

Anthony Horowitz est un auteur que j’ai beaucoup lu dans mon enfance, notamment la série des Alex Rider, l’île du Crâne… Avoir l’occasion de le lire à nouveau a été pour moi un vrai plaisir.

Alan Conway est un auteur de romans à succès, qui ravit ses lecteurs à chaque nouvelle sortie d’une aventure de son personnage phare ; Fidèle Staupert, un enquêteur à la Sherlock Holmes. Le dernier manuscrit est d’ailleurs prêt, et son éditrice, Susan Reynolds le découvre, ravie de ce titre à nouveau si mystérieux « Epitaphe de la pie ». Mais il manque les trois derniers chapitres. Alors que Susan tente de joindre Alan Conway, elle apprend qu’il s’est suicidé. Susan va mener sa propre enquête pour retrouver les chapitres manquants et va vite se retrouver confrontée à de curieuses coïncidences ; le roman d’Alan et sa propre enquête commencent à présenter de troublantes similitudes… Alan se serait-il vraiment suicidé ? Et où diable sont passés les trois derniers chapitres ?

Un roman dans un roman. C’est ce que nous offre l’auteur avec une maitrise parfaite. Ce livre commence avec un prologue, où Susan, l’éditrice prend la parole. Puis page blanche, titre, annotations…nous commençons la lecture du roman d’Alan Conway, lui-même personnage du roman d’Anthony Horowitz. Et nous restons sur notre faim autant que Susan lorsque le roman s’achève brutalement sans le dénouement de l’intrigue ! Puis commence l’enquête de Susan…

Rien n’est laissé au hasard dans ce roman digne d’Agatha Christie, à l’ambiance très british et aux nombreux personnages tous autant soupçonnables les uns que les autres, avec cet enquêteur à la Sherlock Holmes qui tente de démêler les fils de ce mystère.

Décors parfaits dans cette campagne anglaise, rebondissements incroyables au programme et, plus fascinants encore, l’auteur manie ses deux romans à la perfection ; deux styles d’écriture différents qui distinguent les deux intrigues sans pour autant les séparer, tout en faisant fusionner les indices.

Anthony Horowitz confirme une fois de plus son talent avec ce livre d’une qualité vraiment remarquable qui rend hommage à ceux d’Agatha Christie.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s