« La drôle de vie de Zelda Zonk » de Laurence Peyrin (Pocket) * Coup de coeur

 

Il m’avait été offert, conseillé, loué par de nombreuses personnes auxquelles je me fie généralement – tellement que je n’avais « presque » pas envie de m’y plonger, de peur d’être déçue. Pourtant, j’ai bien peur de me ranger moi aussi dans la file des lecteurs conquis – amoureux – de ce roman magnifique, qui dépeint l’amour, la vie, la famille – leurs travers et leur beauté. Un texte incroyablement beau, profondément authentique, magnifiquement poignant. Bref, un coup de cœur.

Un coup de cœur qui commence d’ailleurs par celui pour le personnage de Hanna, cette jeune femme qui, un mardi matin brumeux, manque de perdre la vie dans un carambolage monstre. Extraite de son véhicule dans un état critique, elle est hospitalisée de longues semaines – un temps nécessaire pour se reconstruire physiquement, mais aussi pour prendre du recul sur la vie qu’elle mène auprès de son mari, de sa nièce qu’elle élève, dans une petite maison au milieu de la campagne, au cours de journée monotones mais confortables. Car Hanna se rappelle, dans cet univers aseptisé et alors qu’elle sait que beaucoup d’autres automobilistes n’ont pas eu la chance de survivre à ce mardi, qu’elle avait des rêves, qu’elle aimait son mari pour une ambition et une flamme qui semblent avoir disparu, qu’elle se désolait de ne pas avoir d’enfant avant de recueillir et d’aimer la fille de sa sœur. Une prise de conscience accrue lors de discussion avec une étrange et attachante camarade de chambre, la pétillante Zelda Zonk, qui fascine Hanna et qui, définitivement, lui amènera sur les lèvres les vraies et bonnes questions – et sur un plateau le frisson, la passion, la déraison qu’il lui manquait pour entamer une autre vie.

Quelle leçon de vie que ces parcours croisés de multiples personnages qui, bien que différents, semblent tous entravés par des rêves qui ne sont pas les leurs, des vies qui ne leur ressemblent pas, des quotidiens subis plutôt que vécu – quand les conventions et la monotonie des habitudes prennent le pas sur l’envie, l’initiative, la passion, et qu’aucun grain de folie ne vient se glisser dans les rouages du quotidien, la vie vaut elle la peine de s’en donner la peine ?

Quelle leçon d’écriture aussi : Laurence Peyrin a un incontestable talent pour narrer, pour dépeindre tout à la fois la nature humaine et l’environnement dans lequel évolue ses personnages. La lecture se colore, se pare de belles références, est rythmée par les dialogues et les apparitions de personnages qui nous deviennent vite précieux et qui, tous, tissent une bien belle intrigue – nul doute que vous verserez votre larme, et que vous refermerez ce livre en vous posant quelques questions salutaires. Un conseil donc, lisez La drôle de vie de Zelda Zonk ! Pour ma part, je viens également d’acheter Hanna, la suite des aventures de ma nouvelle meilleure amie littéraire.

Publicités

2 réflexions sur “« La drôle de vie de Zelda Zonk » de Laurence Peyrin (Pocket) * Coup de coeur

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s