Les silences de Lucie, Alice Pasina, Incartade(s) éditions

Que savons-nous vraiment de la famille qui nous semble parfaite de l’extérieur ? Dans sa belle maison, avec son mari et ses 4 enfants, Lucie semble avoir une vie rêvé et fait des envieux. Professeure, elle partage son temps entre l’école et ses enfants, tout en rédigeant des biographies et en s’impliquant auprès d’une maman d’élève qui subit des violences conjugales. Elle lui donne des conseils, lui suggère de fuir et lui promet de l’aider. Une façon d’oublier sa propre vie familiale ?

Car le soir, quand elle rentre chez elle, une fois les enfants couchés, Lucie subit, elle aussi. Ludovic son mari, un homme autoritaire, attend d’elle qu’elle se plie à chacun de ses souhaits. Et c’est dans le garage familial que se déroulent des faits terribles qui plongent Lucie dans un dédoublement de personnalité, faisant ressurgir des souvenirs de son enfance, la contraignant au silence et à accepter chaque geste de son mari, à accepter qu’il régente sa vie.

Et un jour, le déclic. Lucie doit sortir de cette relation toxique, pour elle mais aussi pour ses enfants. Alors elle prend les choses les choses en main. Pour les autres d’abord. Pour elle ensuite. Mais comment sortir de cette spirale infernale ?

Un roman domestique et psychologique qui nous rappelle combien les apparences sont trompeuses tout en étant profondément ancré dans l’actualité. Car comment pouvons-nous juger une famille qui semble parfaite sans connaitre réellement son intimité ? La violence – autant physique que morale et verbale – dont est victime Lucie est malheureusement un fait d’actualité, et de trop nombreuses personnes refusent encore de parler, à l’image du personnage, craignant trop les conséquences.

Le roman peut être brutal par moment, bouleversant souvent, mais il est surtout percutant. L’auteure possède un plume franche et directe. Pas de gants, pas d’enjolivements, le récit est brut, presque froid et dépourvu d’émotion, et c’est ce qui rend justement le personnage de Lucie si captivant. Nous ressentons à son égard beaucoup d’empathie d’autant qu’elle semble totalement détachée de sa situation, de sa vie, et s’implique beaucoup pour les autres. Un être altruiste et humain, qui fait preuve de beaucoup d’abnégation.

Bouleversant et émouvant, c’est un premier roman réussi : l’histoire d’un drame malheureusement trop courant, d’un fait d’actualité qui même s’il est souvent évoqué, ne semble jamais s’épuiser.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s