La soeur à la perle, Les Sept soeurs tome 4, Lucinda Riley, Editions Charleston

« A la mort de leur père, énigmatique milliardaire qui les a adoptées aux quatre coins du monde lorsqu’elles étaient bébés, sept soeurs se retrouvent dans la maison de leur enfance, Atlantis, un magnifique château sur les bords du lac de Genève. Pour héritage, elles reçoivent chacune un mystérieux indice qui leur permettra de percer le secrets de leurs origines. »

Après le Brésil avec Maïa, la Norvège avec Ally et l’Angleterre avec Star, c’est dans l’histoire de Cece – Célaéno – que nous plongeons, ses indices nous menant en Australie, sur les traces d’une certaine Kitty McBride, ayant vécu une centaine d’années auparavant. Une femme incroyable, à la base simple fille de pasteur qui est devenue dame de compagnie d’une vieille dame pour la suivre dans son voyage d’Edimbourg à Adélaïde, en Australie.  Là-bas, elle a découvert le terre de tous les possibles ; plus de liberté, elle se sent plus vivante, elle va vivre l’amour, le chagrin, le désespoir, mais sans jamais perdre l’humanité qui la caractérise.

Cece, d’ordinaire peu solitaire et presque toujours accompagnée de Star, va devoir déplier ses propres ailes et se lancer dans l’aventure. Apprendre à se défaire de sa soeur et faire ses choix dans ce grand pays qu’est l’Australie, redécouvrir la passion de la peinture qui l’anime tant, faire face à ses peurs et rencontrer sa famille d’origine. Mais surtout trouver le courage d’être qui elle est.

Comme à son habitude, Lucinda Riley nous entraine littéralement dans l’histoire et dès les premières pages nous sommes happés dans la vie de cette incroyable famille. D’autant que cette fois, nous embarquons pour l’Australie, un pays que je rêve de visiter. A la fois sauvage et accueillant, peuplé de peuples aborigènes aux diverses croyances et aux histoires fascinantes, une terre d’aventures qui colle à la perfection au personnage de Cece et à cette phrase importante sur laquelle l’auteure se concentre ; « Soit celle que tu es », le message de Pa Salt à Cece.

Un message important que l’on retrouve dans chaque aventure que va vivre la jeune femme. Etre soi-même à 100%, sans se soucier de ce que peuvent penser les gens demande beaucoup de courage et Cece va devoir le trouver en elle. Cette 4e soeur est attachante parce que peu habituée à la solitude, cela lui demande beaucoup plus d’efforts que ses autres soeurs pour mettre en avant ses projets. D’autant qu’elle est dyslexique ; j’ai éprouvé beaucoup de compassion à son égard car je serais tellement malheureuse si je ne pouvais pas lire…

Chaque soeur est différente, ainsi que son histoire, donc chaque tome, s’il reste sur le même principe -alternation de chapitres passé/présent – est différent, ce qui rend chacun d’eux attrayant et laissant planer le mystère sur sur la théorie de la 7e soeur qui n’a pas fait son apparition. Néanmoins, nous nous rapprochons à chaque tome un peu plus du dénouement, faisant croître à la fois notre plaisir, à la fois notre impatience.

Lucinda Riley possède une incroyable capacité à construire des histoires entières, pleines de détails et sans temps mort, et de nous plonger à la fois dans le passé et le présent pour deux récits qui se rejoignent, maniant les époques et les secrets à la perfection ; chacun de ses livres est un pur plaisir.

Et maintenant, j’ai une raison supplémentaire d’avoir envie de visiter l’Australie… 🙂

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s