L’ombre de l’autre femme, Dorothy Koomson, Editions Charleston noir

Libby et son mari Jack sont victimes d’un accident de voiture duquel Libby a failli ne pas se tirer. Défigurée par une immense cicatrice au visage et sur la tête, contrainte de raser une partie de son crâne, pour cette esthéticienne heureuse de son couple et de son travail, le choc est rude. Sans compter cette peur panique des voitures qui la contraint à rester cloitrée chez elle.

Confinée dans sa maison, Libby a le temps de réfléchir à sa vie et à son couple, et surtout à certains éléments troublants qui lui reviennent en mémoire. Car elle ne sait rien de l’ancienne femme de Jack, Eve, qui est décédée plusieurs années auparavant, Jack refusant toujours d’en parler. De plus, la policière qui lui a rendu visite suite à l’accident n’a pas caché les soupçons qu’elle nourrit à l’égard de Jack. Et que dire du comportement de son mari ? Qui refuse de lui parler de celle qui l’a précédée, qui l’a plusieurs fois appelée Eve et qui semble parfois tellement malheureux.

Libby va fouiller la maison de celle qui l’a précédée, et tomber sur des documents qui vont bouleverser sa vie, son couple. Car après ses découvertes, il semble désormais impossible qu’elle voie ceux qu’elle côtoie comme avant ; Jack, ses beaux-parents, même Eve, ne semblent pas être ce qu’avait imaginé Libby. Son couple survivra-t-il à ces terribles révélations ?

Connaissons-nous nos proches aussi bien que nous le pensons ? Rien n’est moins sûr… Et ce thriller en est une preuve supplémentaire ! Thriller domestique, psychologique, il nous entraine immédiatement dans la vie d’un couple en apparence des plus banals, mais à l’histoire plutôt compliquée.

Difficile pour une femme d’accepter de voir son mari plongé dans ses pensées, dans les souvenirs de sa femme décédée. Difficile pour un homme de faire entrer une autre femme dans sa vie après un décès, de voir des similitudes et des différences entre les deux. Nous comprenons les deux points de vue, néanmoins, j’ai eu tendance à prendre parti pour le personnage de Libby. Car de nombreux soupçons pèsent sur son mari et nous ne pouvons nous empêcher de douter de lui.

Ce qui m’a le plus plu dans ce roman, c’est qu’il est impossible de deviner l’ampleur des découvertes que Libby va soulever, des découvertes effrayantes qui traitent de sujets de société. Les pages se tournent toutes seules, à une vitesse incroyable tant nous sommes pris par l’histoire, par la vie des personnages, et grâce au suspense toujours présent.

La collection Charleston noir, décidément, me plait beaucoup !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s