Eliza(s), Sara Shepard, Editions Charleston, collection noir

Eliza Fontaine est une jeune auteure sur le point de sortir son premier roman. Lorsqu’elle se réveille à l’hôpital après une soirée un peu alcoolisée dans un hôtel à Palm Springs, sa famille est persuadée qu’elle a à nouveau tenté de se suicider. Retrouvée inconsciente dans la piscine de l’hôtel, Elliza a échappé de peu à la mort. Mais cette fois, tout est différent. Eliza est persuadée de ne pas s’être jetée dans cette piscine, mais qu’au contraire quelqu’un l’y a poussée volontairement. 

Avec l’aide de Desmond, celui qui l’a sauvée de la piscine et qui semble être le seul à ne pas la prendre pour une folle, Eliza va tenter de découvrir la vérité. Mais ce n’est pas chose simple car depuis quelques temps, Eliza est sujette à des troubles de la mémoire ; elle oublie des détails de sa vie que ses proches semblent connaitre, ses amis lui parlent d’endroits où elle ne se rappelle pas être allée. Et si c’était elle qui perdait la tête ? 

Dans une atmosphère angoissante et paranoïaque, Sara Shepard, l’auteure de Pretty little liars, nous entraine à la rencontre d’Eliza. Une jeune femme qui nous apparait de prime abord plutôt instable et très parano, mais à qui on s’attache pourtant très vite. Car nous aussi; on doute de tout et de tous les gens que fréquente Eliza, et même parfois jusqu’à Eliza elle-même.

Le roman est construit sur une alternance de chapitres entre l’histoire d’Eliza et son romans, Les dés, qui raconte l’histoire à la fois belle et tragique d’une enfant et de sa tante. Cette alternance entre chapitres, entre fiction et réalité, permet petit à petit de faire se rejoindre certains points, de comprendre quelques similitudes et de se faire une idée générale de la vie d’Eliza. 

Un procédé parfait qui nous tient en haleine de façon remarquable et qui brouille toutes les pistes, qui joue avec nos nerfs et nous fait douter jusqu’à la fin. Car l’auteure brille en rédigeant deux romans en un seul, sans nous perdre mais au contraire en éveillant d’autant plus notre curiosité, ainsi que notre paranoïa…

Sara Shepard réussi le pari de nous emmener aux limites de la folie de son personnage pour nous offrir un thriller aussi oppressant qu’énigmatique, très psychologique et d’une redoutable efficacité.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s