La sage-femme des Appalaches, Patricia Harman, Editions Charleston

1929, dans les Appalaches. Patience est une jeune sage-femme. Sans diplôme officiel, en apprentissage, elle tente petit à petit de se faire un nom et une réputation. Il faut dire que dans ses milieux pauvres et hostiles, les femmes ne font appel à une sage-femme que lorsque la situation l’exige, que le travail prend trop de temps ou semble compliqué.

Mais Patience s’en sort à la perfection et va aider à faire naitre beaucoup de bébés grâce à ses bons soins, et ses diagnostics presque toujours exacts. Elle qui n’a pas d’enfants, pas de famille, trouve le réconfort en se mettant à la disposition des femmes.

Mais pendant cette période de Grande Dépression, Patience va se trouver confrontée aux menaces qui planent sur elle lorsqu’elle décide d’héberger une jeune femme noire chez elle. Avec un passé qu’elle cherche à oublier, et confrontée à des situations qu’elle aurait préféré éviter, Patience va lutter tant qu’elle peut pour surmonter toutes ces épreuves.

Aider à donner la vie, réussir à gagner la confiance des futures mamans, aider le couple à surmonter le deuil qui arrive parfois, être présente et assister à l’une des choses les plus naturelles du monde, quoi de plus beau ?

Patricia Harman était sage-femme, et cela se ressent immédiatement à la lecture. Beaucoup de détails, beaucoup de précisions sur l’accouchement et la maternité sont apporté. Sans être désagréable, ni trop précis pour qui n’a jamais accouché, ils apportent au roman une dimension particulière et nous plonge totalement dans le quotidien du métier de sage-femme. Sage-femme des années 30, certes, et la différence entre cette époque et la nôtre est flagrante.

C’est un roman touchant qui nous emporte à une autre époque, où tout était bien moins facile. Si la maternité est au cœur de l’histoire , l’auteure aborde également la question du racisme à travers cette thématique, et les difficultés à surmonter à cette époque.

J’ai trouvé l’histoire surprenante et très bien écrite, mais n’ayant jamais accouché, et n’envisageant pas forcément d’enfants, je pense qu’il touchera bien plus les mamans qu’il ne m’a touchée moi. C’est cependant une très belle histoire qui vaut le détour !

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s