IRachel, Cass Hunter, Editions JC Lattès

Rachel est ingénieure et voue sa vie à son travail, au grand désespoir de son mari Aidan et de sa fille Chloé. Spécialisée dans l’Intelligence Artificielle, les travaux de Rachel sont secrets, lui prennent tout son temps, l’obsèdent, et sa famille se sent bien souvent tenue à l’écart de son talent.

Lorsque Rachel meurt, Aidan est effondré par le chagrin, impuissant face à la détresse de sa fille mais il doit malgré tout faire face. Quelque jours après sa mort, son assistant contacte Aidan. Il ne peut continuer à avancer sur leur projet, car Rachel avait tout prévu au cas où elle décéderait. Leur proet, leur création, doit revenir à Aidan pour évoluer.

Irachel, un robot identique à sa créatrice à tous points de vue, rejoint la maison d’Aidan et Chloé pour poursuivre son développement. Commence alors une étrange cohabitation…

Moi qui suis réticente à ce qui est robotique et intelligence artificielle, j’avoue avoir été totalement conquise par ce roman, qui est un gros coup de coeur de cette fin d’année. Original, étonnant, ce roman aborde les avancées technologiques en les liant à l’amour, qui sont les deux thématiques principales de l’histoire, qui se croisent, se mélange, et donnent un cocktail détonnant riche en émotions.

Rachel, cette acharnée de travail qui semble froide et apathique, va laisser derrière elle une famille brisée qui nous est immédiatement sympathique. Chloé, une adolescente qui aurait rêvé que sa mère passe plus de temps avec elle, et Aidan, ce mari et père qui a toutes les peines du monde à faire face à ce drame. Leurs réactions face à l’arrivée d’IRachel dans leur quotidien sont très humaines, sincères et nous ne pouvons que partager leur incompréhension, leur incrédulité face à ce « cadeau » très inattendu. Comment réagirions-nous si la copie parfaite robotisée d’un proche décédé s’installait chez nous ?

D’abord septiques, nous ressentons une émotion croissante au fur et à mesure du récit, car nous nous attachons énormément à cette Irachel. Un robot, certes, mais un robot extrêmement bien développé, capable de ressentir des émotions, et qui évolue tellement que sur la fin de la lecture, nous ne ressentons (presque) plus cette infime différence entre robot et humain tellement il se comporte comme tel.

Beaucoup de sensibilité, d’émotion dans l’écriture, nous embarquant immédiatement dans ce roman incroyablement bluffant de réalisme, qui nous laisse sans voix, et qui pour ma part, m’a réconciliée avec appréhension vis à vis de l’intelligence artificielle.

Gros gros coup de coeur !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s