Les roses de Hartland, Nikola Scott, Editions Charleston

 

Angleterre, 1958.

Elizabeth Holloway a 16 ans lorsqu’elle est envoyée à Hartland passer l’été. Bien que réticente, ses parents la contraignent à quitter Londres car sa mère, atteinte d’un cancer, se sait condamnée et ne veut pas mourir sous les yeux de sa fille. Dans ce manoir, entourée et choyée par les amis de sa mère et leurs enfants, Elizabeth va vivre l’un de ses plus bels étés.

40 ans plus tard.

Adèle Harrington pleure sa défunte mère lors du premier anniversaire de sa mort et peine à faire son deuil tant elle a l’impression terrible de ne jamais avoir été à la hauteur, de n’avoir su rendre sa mère fière. Car leur relation était compliquée, malgré l’amour qui régnait au sein de leur foyer. Adèle a toujours eu l’impression que sa mère était distante, empreinte de tristesse. Et pour cause, Elizabeth Holloway Harrington avait plus d’un secret…

Le soir même de l’anniversaire de la mort de sa mère, une personne frappe à la porte de la maison où la famille se recueille ; Phoebe Roberts, qui prétend rechercher Elizabeth car elle est sa fille, et donc la sœur d’Adèle. Mais ces deux femmes ont plus qu’une mère en commun, elles ont aussi une date naissance… Que s’est-il passé à Hartland cet été 1958 ?

Les roses de Hartland est le premier roman de cette jeune auteure et il est clair que c’est une réussite, qui pour moi mérite d’occuper le même rang qu’un roman de Lucinda Riley. C’est une histoire de secrets de famille comme on les aime, avec d’entrée de jeu, une intrigue riche en émotions. Aussitôt commencé, il devient impossible de relâcher la lecture. La tension est forte, le suspense à son comble, l’écriture absolument parfaite. Pleine d’émotions, fluide, aucun détail n’est laissé au hasard.

Nous partons à la découverte de trois générations de femmes, à la fois fragiles et fortes, ayant vécu d’incroyables coups durs mais qui essuient les coups durs. Déterminées, elles sont un modèle de bravoure, quelque soit l’époque. Si la thématique du secret de famille ressort très nettement, on découvre que ce qui rythme l’histoire est l’amour. L’amour sous toutes ses formes. Il se retrouve dans les relations homme-femme, dans les relations fraternelles mais aussi l’amour maternel, qui est absolument indestructible, terriblement fort et puissant. Et c’est sans compter la dénonciation de la terrible condition des femmes dans les années 60, à la fois touchante et révoltante.

Cette histoire sublime vous mettra les larmes aux yeux, vous fera sourire, et vous rappellera que rien n’est plus important que la famille. Coup de coeur.

Publicités

2 réflexions sur “Les roses de Hartland, Nikola Scott, Editions Charleston

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s