La folle cavale de Florida Meyer, Cédric Fabre, Editions Plon (sang neuf)

Ce weekend en amoureux dans les gorges du Verdon aurait dû être magnifique. Florida Meyer et Guizot, son amant, profitaient de ces beaux paysages et le pire est arrivé : Guizot a fait une chute mortelle. Florida, remplie de chagrin, doit maintenant ramener, dans le canoë remorqué par la voiture, le corps du mari de sa meilleure amie Marlène dans la maison familiale et le disposer de façon à simuler un accident.

Sur le papier cela semble risqué, mais simple. Mais dans les faits… Car il semble que tous les éléments se soient ligués contre Florida pour la détourner de cette terrible mission. Pour commencer, son amant était un avocat connu et devait défendre un certain Franck Mata, un rocker syndicaliste, menaçant et défiant le pouvoir, et cette affaire connaît d’importants rebonds médiatiques. Ensuite car Maheu, cet homme qui s’est trouvé sur les lieux de la chute de Guizot « par hasard » et qui a proposé de l’aider, n’est peut-être finalement pas celui qu’il prétend. Et enfin, parce que Marlène décide subitement de la rejoindre pour un weekend entre filles.

De mensonges en mensonges, Florida s’enfonce de plus en plus dans une spirale dont elle ne sait pas comment sortir…

Accrochez votre ceinture et installez-vous confortablement ; c’est parti pour un scénario détonnant, aux airs de road movie déjanté, original et totalement décalé. Si le début commence de manière détendue – Gorges du Verdon et les paysages de rêve – Dès la chute de Guizot, le rythme s’accélère en quelques lignes et la tension s’installe. Nous sommes embarqués avec Florida, ce personnage particulier pour qui nous ne savons qu’éprouver. Compassion pour sa situation, sa détresse, son chagrin. Mais aussi aversion pour ses mensonges, pour oser tromper sa meilleure amie.

Les évènements prennent une tournure à la fois dramatique, mais aussi politique et plutôt comique par moment, un humour noir et particulier. Le rythme s’il semble constamment croître, paraît aussi paradoxalement lent ; à la fois les évènements s’enchainent, mais Florida semble également prisonnière des évènements, obligée de prendre les choses comme elles viennent. Cela instaure une certaine lenteur au récit qui se déroule sur le weekend, et ajoute à la tension.

Un rythme étrange, mais un esprit rock et des rebondissements caustiques qui font de ce roman une découverte fascinante et étonnante.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s