Eden Springs, Laura Kasischke, Page à Page

 

 

krxirgxvs36ebn012dlg%g

En 1903, Benjamin Purnell, un prédicateur du Kentucky, fonde avec quelques fidèles une communauté religieuse, la Maison de David, à Benton Harbor (Michigan). La nouvelle colonie attire bientôt de très nombreux adeptes, venus des quatre coins du globe (même de France !). Ces hommes et ces femmes, la plupart jeunes et en bonne santé, attendent la fin du monde et le Second Avènement (les élus « retrouveront la jeunesse et une peau plus fraîche que celle d’un enfant ») promis par le « Roi Ben ». En attendant, tout ce petit monde jouit des richesses du domaine en exportant trois millions de caisses de fruits chaque année. Des revenus qui grossissent encore après l’ouverture en 1908 d’Eden Springs, un parc d’attractions avec son zoo, sa volière et son train miniature. La Maison de David aura même son équipe de base-ball, connue dans le monde entier. Mais, derrière l’image du paradis sur Terre véhiculée par les membres de la secte, la réalité était semble-t-il évidemment tout autre…

Depuis quelques semaines, je fréquente une autre partie de ma ville ce qui m’a amené à découvrir une nouvelle librairie (on ne se refait pas !). Lors de ma première visite, j’ai déniché ce roman de Laura Kasischke sur la table des nouveautés. La couverture très intrigante et la mention de la postface de Lola Lafon m’ont tout de suite attirée. La lecture de la 4e de couverture a fini de me convaincre. J’aime les romans « basés sur une histoire vraie », d’autant plus quand il s’agit d’un fait-divers. 

Jusque-là, j’ignorai tout de cette secte née au début du XXe siècle et de son leader charismatique mais le sujet, éminemment romanesque, est fascinant. Les fidèles de la Maison de David attendent la fin du monde et leur résurrection éternelle. Afin d’être prêts pour celle-ci, ils doivent obéir à quelques préceptes : ne pas se couper les cheveux, ne pas manger de viande, ne pas avoir de rapports sexuels. Mais, à voir Benjamin Purnell entouré de toutes ces jeunes filles à l’air juvénile sur les photos d’époque (intelligemment ajoutées à la fin de l’ouvrage), nous nous imaginons aisément ce qui se tramait derrière les façades des maisons que les membres construisirent de leurs mains. Se basant sur des documents d’archives (articles de presse, réclames, témoignages, rapports d’enquête), reproduits comme entête pour chaque chapitre, Laura Kasischke cisèle un roman court mais dense, étrange et ensorcelant. Ses personnages principaux, ces jeunes femmes, ce « nous » collectif quand elles parlent, sont tout à la fois attachants et repoussants. Elles m’ont fait penser aux soeurs Lisbon de Virgin Suicides pour leur charme vénéneux et leur fragilité. Au fil des pages, l’on en vient même à se demander qui sont les bourreaux et qui sont les victimes. La figure maternelle campée par le personnage de Cora Moon, vieille institutrice asexuée, tente sans succès de sauver les apparences mais la chute du jardin d’Éden est inexorable.

Une découverte envoûtante, que l’on dévore d’une traite.

Maîtresse Jedi

2 réflexions sur “Eden Springs, Laura Kasischke, Page à Page

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s