Tout le bleu du ciel, Mélissa Da Costa, Editions Carnets Nord

Le véritable voyage de découvertes ne consistent pas à chercher de nouveaux paysages, mais à avoir de nouveaux yeux.

Émile est un jeune homme de 26 ans qui, depuis un an, ne vit plus réellement. Sa petite amie l’a quitté, son job ne lui plaît pas, et on vient de lui diagnostiquer un Alzheimer précoce. Après quelques hospitalisations, il est convenu qu’il entre dans un centre, pour aider la recherche mais aussi pour le surveiller car les absences risquent d’être de plus en plus fréquentes. Les médecins lui donnent deux ans à vivre, tout au plus.

Mais Émile n’accepte pas la décision de ses parents. S’il ne lui reste que deux ans, il veut les vivre pleinement. Il achète un camping car et poste une annonce sur internet dans laquelle il explique sa situation et cherche un compagnon de voyage pour l’accompagner dans cette ultime aventure.

À sa grande surprise, c’est une jeune femme qui répond ; Joanne, qu’il récupère sur une aire d’autoroute après être parti sans un au revoir. Celle-ci va s’avérer extrêmement silencieuse, souvent perdue dans ses pensées et peu concernée par le voyage. Car elle aussi a fuit, certainement pour une bonne raison, mais elle ne se plaint jamais et Émile finit par s’habituer à son étrange passagère, bien qu’il s’interroge : saura-t-elle faire face lorsque la maladie s’intensifiera ?

Ensemble, ils sillonnent les routes des Pyrénées sur lesquelles vont leur arriver de nombreuses péripéties, sur lesquelles ils vont faire de nombreuses rencontres, et apprendre, petit à petit, à s’apprivoiser.

Avez vous déjà remarqué comme certains livres tombent à point nommé ? Quand vous avez un coup de blues, quand vous vous posez des questions, vous commencez un livre de votre PAL, et il vous apporte réconfort et réponses. Tout le bleu du ciel est de ceux là, de ceux qui m’ont fait un bien incroyable à un moment où j’en avais besoin. Juste pour le contexte ; je suis partie depuis quelques semaines pour un voyage de 3 mois en Australie, pour me retrouver. Loin de mes proches, de ma famille, de mes habitudes. Je passe un moment incroyable mais je n’échappe pas à quelques coups de blues.. Ce livre m’a parlé, les phrases ont été percutantes et tellement réconfortantes. Et comme une coïncidence n’arrive jamais seule… l’Australie est évoquée dans ce livre. Le personnage de Joanne aurait adoré ce signe !

Mais revenons à ce merveilleux roman, qui est un énorme coup de coeur, un premier roman à la plume délicate, pleine d’émotions et de sensibilité. L’auteure possède un certain don pour décrire les sentiments humains avec précision, pour mettre des mots sur des émotions. Et d’émotions, ce roman n’en manque pas.

Les réactions diverses face à la maladie sont justes, et percutantes, notamment face à ce type de maladie. Qui sait comment nous réagirions si nous savions notre temps compté ? Et comment nos proches réagiraient ? Le choix d’Émile semble le plus approprié, même s’il peut être difficile à comprendre pour la famille. Sa situation est touchante mais il est courageux et fort, malgré sa maladie. Joanne quand à elle, est un personnage très mystérieux. On se doute qu’elle a du vivre des choses douloureuses, mais il semble difficile de la comprendre, de la cerner.

Ce voyage entrepris par les deux protagonistes n’est pas seulement un voyage au sens propre. C’est également un voyage intérieur. Un voyage qui va les confronter à eux mêmes, les amener parfois à réfléchir à leur passé, comprendre les conséquences de leurs actes, à analyser leurs réactions, leurs vies. Un voyage qui va également les ancrer dans le présent, intensifier la force de leurs ressentis, les forcer à vivre l’instant présent. Et tous deux en ressortiront grandis. Car ils ont tous deux beaucoup à apprendre l’un de l’autre, à travers cette expérience qu’ils vont vivre. Car rien de tel qu’un voyage aussi imprévisible que le leur pour s’offrir une parenthèse et un renouveau.

D’une justesse incroyable, ce roman est pour moi un chef d’oeuvre, humainement, émotionnellement. La profondeur des émotions, des ressentis, des personnages est incomparable. On ne ressort pas indemne de cette histoire bouleversante, les larmes nous montent aux yeux régulièrement, mais quel bonheur ! Deux personnages émouvants, fascinants, un scénario remarquable avec en toile de fond les somptueux paysages des Pyrénées et des citations choisies avec soin.

C’est un roman merveilleux, sur la vie, la mort, la maladie, la famille, l’amour, le voyage, qu’il soit extérieur ou intérieur. Je ne peux que vous le recommander, c’est un énorme coup de coeur comme je n’en ai pas eu depuis longtemps !

Publicités

Une réflexion sur “Tout le bleu du ciel, Mélissa Da Costa, Editions Carnets Nord

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s